© Dernières Nouvelles D'Alsace, Dimanche 1er septembre 1996.



Costantini : « Du plaisir »

 Observateur privilégié de l'EuroTournoi, Daniel Costantini a été séduit par la qualité du jeu et la valeur de ces quatre jours de handball.

 On le sentait attentif. Costantini n'a pas perdu une miette des rencontres de l'EuroTournoi. Technicien du hand, sélectionneur national ou tout simplement homme, il a ouvert grand ses yeux. Comme le public, il s'est fait plaisir. « C'est un tournoi qui se densifie, explique-t-il. Les deux années précédentes, les équipes françaises avaient dominé. Je suis heureux qu'elles rencontrent désormais une opposition sérieuse. »  Séduit par la formule, Costantini veut également tirer un coup de chapeau aux deux formations régionales (La Robertsau et Sélestat) : « C'est très bien pour elles de se frotter à des équipes de meilleur niveau. Et en plus, elles en ont emm... certains ! »  Qu'a retenu le technicien du jeu produit sur les parquets de l'EuroTournoi ? « J'ai été frappé par la qualité de jeu de Kaunas même si on connaissait déjà la réputation des Lituaniens. Kaunas, c'était l'oxygène du tournoi, une équipe qui sait jouer au ballon. »

« Envie de travailler »

 Depuis trois ans, le niveau du tournoi ne cesse de monter. A la plus grande satisfaction de l'entraîneur national qui avoue sans hésitation se rendre à Strasbourg avec beaucoup de plaisir. « A part le challenge Marrane, j'allais rarement aux tournois d'avant-saison dont le niveau n'était pas terrible. »  Celui qui incarne une certaine idée du handball français, toujours champion du monde, repart avec le sourire en lâchant : « En ayant vu tous ces matches, j'ai le moral et envie de me remettre à travailler   ! » Mais plus que tout, s'il aime se rendre en Alsace, comme de plus en plus d'équipes, c'est avant tout à cause d'une amitié forte. « Pour les gens de la Robertsau... » Bel hommage.

C.S.