© Dernières Nouvelles D'Alsace, Mardi 2 Septembre 1997



L'EuroTournoi sur une pente ascendante

 Le 4e EuroTournoi de Strasbourg s'est achevé en apothéose, samedi, au Centre sportif de la Robertsau. Finales haut de gamme et spectateurs conquis : un succès.

 On ne reviendra pas sur le remarquable travail effectué par la soixantaine de bénévoles de la Robertsau et de l'AS Strasbourg ayant, durant ces quatre jours, oeuvré pour que ce 4e EuroTournoi soit une réussite. Le plus bel hommage est certainement celui fait par Philippe Gardent, porte parole de tous les athlètes présents à Strasbourg : « Formidable tournoi, lâcha Boulle. Nous reviendrons, si toutefois on nous invite à nouveau... »  Vincent Narducci, président du Comité d'organisation, et les siens auront apprécié. « Tous les responsables des équipes nous ont fait part de la satisfaction des joueurs, des entraîneurs et des dirigeants. Il en est même, parmi ceux voyageant le plus, qui nous ont affirmé que l'EuroTournoi était, dans le genre, un des mieux organisés en Europe. »  Le secret de cette réussite ? « L'envie de tous, le dévouement de chacun et la convivialité présidant à cette manifestation, analyse Vincent Narducci. Nous avons, en même temps que le niveau de jeu s'améliorait, toujours voulu privilégier le côté humain de la chose. Le fait de loger toutes les équipes dans le même hôtel tout comme la présence de nos deux meilleures équipes régionales entrent dans ce cadre. »  L'EuroTournoi s'est ainsi taillé une solide réputation après seulement quatre ans d'existence. Et tout porte à croire qu'il n'en restera pas là. « Nous voulons, dès l'année prochaine, passer un nouveau cap sur le plan sportif. Nous fonctionnerons toujours à huit équipes dont quatre françaises. Du côté des étrangers, nous allons tenter de présenter des équipes plus huppées encore. Il y aura un Allemand, c'est certain. Et nous aimerions obtenir l'accord d'un Espagnol, d'un Croate ou d'un Suédois. »  Dans le couloirs, on parle pêle-mêle de Wallau-Massenheim (avec Volle et Wiltberger), du Badel Zagreb, une des toutes meilleures équipes d'Europe, d'Irun, de Barcelone ou de Goeteborg. Rien que du beau monde ! « C'est la rançon du succès. Il nous faut progresser chaque année. Daniel Costantini m'a confié qu'il avait trouvé la finale de samedi plus intéressante que celle de l'année dernière. Nous allons faire en sorte que celle de l'année prochaine soit plus belle encore... »

A.V.