© Dernières Nouvelles D'Alsace, Mardi 26 Août 1997.

Le banc d'essai




Philippe Brill (au tir) et la Robertsau : sans pression, pas sans ambitions. : (Photo DNA)


 Le 4e EuroTournoi de Strasbourg débute demain. Parmi les huit équipes engagées, deux alsaciennes : Sélestat et la Robertsau.

 L'EuroTournoi de Strasbourg s'est, depuis quatre ans, taillé une belle réputation. A l'intérieur comme à l'extérieur de nos frontières. Quelques-unes des meilleures équipes françaises (Montpellier, le PSG-Asnières ou Créteil) y ont déjà participé et des formations parmi les meilleures d'Europe (Celje, Bucarest ou Magdebourg) s'y sont illustrées.  Mais en même temps qu'ils ont assisté à la croissance de leur bébé, les organisateurs de cette superbe manifestation se sont également toujours attaché à lui conserver une touche régionale. Le défunt Racing avait été de la première édition, la Robertsau lui a succédé l'année dernière, le SC Sélestat en étant à sa quatrième participation.  Petits dans la cour des grands, les deux formations alsaciennes abordent cet EuroTournoi avec des objectifs à la mesure de leurs possibilités. Sans obligation de résultats mais bien décidés à « sortir la tête haute », dixit Vincent Bléger, de ces quatre jours de compétition.

Essais grandeur nature

 Pour l'entraîneur robertsovien, ces confrontations face à des formations de calibre européen (l'ASLR affrontera, en poule, Astrakan, Grosswallstadt et Chambéry) représentent autant de « superbes matches de préparation. Ils seront l'occasion de travail à thèmes et ils me permettront de me faire une idée sur les possibilités de nos nouveaux dans un contexte difficile. »  Pour ne commencer son championnat que le 30 septembre, la Robertsau est encore loin d'avoir atteint son meilleur niveau. « Nous n'avons repris que le 4 août, poursuit Vincent Bleger. Et nous n'avons touché la balle qu'il y a une semaine. A cet égard, ce tournoi vient un peu tôt pour nous. Il n'empêche qu'il ne manquera pas d'intérêt. »  Vainqueur la semaine dernière de Neuhof, battu d'un but par Folschviller et auteur d'un bon match nul à Metz, la Robertsau s'attachera avant tout (« les résultats ne constituent pas une priorité ») à profiter de l'occasion pour se livrer à quelques essais. Nestor, Wolf et Saratanu blessés, Vincent Bléger se voit obligé à trouver des solutions au manque de taille de sa formation. « Je vais essayer des joueurs à des postes qui ne sont pas forcément les leurs, tenter des styles de défense différents de ceux que nous avons pris l'habitude de pratiquer. » Essais grandeur nature pour une équipe qui comptera une fois encore sur son état d'esprit.

De mieux en mieux

 Le discours de Radu Voina, l'entraîneur du SC Sélestat, ne diffère guère de celui de Vincent Bléger. Plus en avance dans sa préparation (son championnat débute le 13 septembre), le SCS ne cherchera pas à signer des résultats à tout prix. « Les intérêts d'un tel tournoi ne manquent pas. Outre se frotter à des équipes de gros calibre, il sera l'occasion pour le groupe de prendre forme. De mon côté, je suis curieux de voir comment les joueurs sauront enchaîner quatre matches difficiles en quatre jours. »  Auteurs de quelques bons résultats ces derniers jours, les Sélestadiens peuvent réussir quelques bonnes prestations. « Ils sont physiquement bien et évoluent en pleine confiance » poursuit Radu Voina qui attend des siens qu'ils confirment leur montée en puissance. « Face à des adversaires de plus en plus coriaces, nous devons prouver que nous sommes sur la bonne voie. Pas forcément en l'emportant, mais en montrant que le travail accompli depuis la reprise nous permettra d'aborder le championnat dans les meilleures conditions. »  Bref, ce sont deux équipes bas-rhinoises sans pression mais bien décidées à ne pas faire que de la figuration qui en découdront ces quatre jours. Deux équipes qui tenteront de montrer aux organisateurs de cet EuroTournoi qu'ils ont bien fait de conserver à l'ET une touche régionale...

A.V.