JEUNE POUSSES DUNKERQUOISE

Bastien LAMON est un " chti " homme de 23 ans. Pour la 2ème année consécutive il revient à l¹ET avec l¹équipe de France A¹. Serein et très posé à la fois, il voit les choses au jour le jour et sait saisir les bonnes opportunités au bon moment.

ET : Te souviens ­ tu de ton EuroTournoi 2002 ?

Bastien LAMON : Oui. C¹était ma 1ère sélection en A¹. En plus d¹un tournoi prestigieux, on a décroché une belle 3ème place avec un groupe sympa.

ET : Et cette année ?

B.L : Par rapport à l¹année dernière, on est plus que trois du groupe. Je suis content de m¹y retrouver à nouveau, c¹est du bonus. Je dois faire un maximum, mais je vis sélection par sélection sans me prendre la tête.

ET : Que représente-t-il pour toi ?

B.L : A mon avis, c¹est le meilleur tournoi qui existe et il est idéal pour la préparation de début de saison.

ET : Et que penses-tu de l¹édition 2003 dont votre match contre Moscou ?

B.L : Il y a eu beaucoup d¹investissement. Ce n¹est pas évident de jouer avec des personnes avec qui l¹on n¹a pas l¹habitude. Pour compléter certaines défaillances collectives, on a fait preuve d¹envie et d¹agressivité défensive. Concernant ma prestation personnelle, j¹ai eu du mal avec les tirs. J¹ai donc essayé de jouer pour les autres quand j¹ai vu que ce n¹était pas trop mon jour.

ET : Quel objectif visez-vous avec l¹équipe de France A¹ d¹ici samedi ?

B. L : La victoire. On n¹a pas de complexe et l¹on ne tient pas le rôle d¹outsiders. Il faudra avoir autant de motivation que ce soir. C¹est tout " bénéf " : rien à perdre, mais tout à gagner.

ET : Ton avenir est-il toujours à Dunkerque ?

B.L : Pour l¹instant, oui. Je suis " Nordiste ". J¹ai beaucoup d¹attaches et cela serait difficile de quitter ma région. En plus Dunkerque est un des bons clubs de D1 où je suis heureux d¹y faire mes galons en Championnat de France. Plus tard, on verra peut-être.

ET : Où en es-tu avec tes études ?

B.L : Je viens d¹obtenir ma licence STAPS. Là je rentre en Master " Education et motricité " et parallèlement, je préparerais le CAPES histoire de voir à quoi cela ressemble avant de le tenter pour de vrai, car avec le hand ce n¹est pas facile.

ET : Justement, comment gères-tu ton temps, ta vie ?

BL : Pas évident ! C¹est surtout un rythme à prendre. Par exemple, le soir au lieu de regarder la télé, je travaille mes cours. De toute façon avec mes parents la règle était claire dès le départ : les études primaient d¹abord. Globalement, cela se passe bien. Au jour d¹aujourd¹hui, je n¹imagine pas ma vie sans le hand : une passion à 200% ! Mais il y a toujours une part d¹incertitudes, c¹est un peu aléatoire dans le sens où une blessure est vite arrivée tout comme une baisse des performances. Les études sont une protection. De plus aller à la fac permet de s¹ouvrir l¹esprit et d¹avoir d¹autres repères.

ET : Quel type de musique écoutes-tu ?

B.L : Un peu de tout, mais avec une préférence pour la variété française comme Goldman, Cabrel, De Palmas, TryoŠ.

ET : Ton filme préféré ?

B. L : " Le Seigneur des Anneaux " me plaît pas mal. J¹aime beaucoup le cinéma, j¹y vais régulièrement.

ET : Si tu étais un autre sportŠ

B. L : difficile comme question, avec des parents qui sont aussi handballeurs ! Je dirais le tennis, sport que j¹ai pratiqué pendant quelques années. Je ne regrette pas d¹avoir fait le choix du hand.

ET : Pour finir que penses-tu de l¹image du " Chti " en France?

BL : (souriant un peu). Cela fait partie du patrimoine culturel ! C¹est un bon moyen de rigoler. Dans le Nord on s¹amuse bien et l¹on a le sens de la fête !

Aujourd¹hui j¹espère qu¹il y aura un " betche* " de soleil, même dans le Rhénus où la " ouassing* " sera utilisée ! En attendant la saison des " chicons* ", Bastien aura peut-être remporté l¹ET 2003 et entamé une excellente saison en championnat.

Si vous souhaitez une traduction, allez voir le demi-centre français qui

se fera un plaisir de vous répondre, mais pas de vous les écrire ! (ndlr : les mots sont écrits phonétiquement)

Géraldine RETE