Chambéry à l'épreuve suédoise
© Dernières Nouvelles d'Alsace, Samedi 30 Août 2003.


 


 


Le Toulousain Lorgeré, qui tente ici sa chance, et France A' n'ont rien pu contre le Chambéry de Damien Narcisse et Nicolas Moretti qui disputeront leur deuxième finale consécutive de l'EuroTournoi. (Photo DNA - Yves Dieffenbacher)

 

Cet après-midi, la finale du dixième EuroTournoi opposera Chambéry à Goeteborg. Si les Suédois ont dû ferrailler hier soir pour se hisser à ce niveau, les Savoyards ont simplement eu à réciter leur gamme.

 Cet après-midi, ceux qui voudront voir le champion de France et d'Europe à l'oeuvre devront arriver de bonne heure. Dès 14h, Montpellier défiera Moscou pour une affiche aux allures de finale. Erreur, ces deux grands d'Europe ne s'ébroueront que pour éviter... la dernière place, eux qui se retrouveront en première phase de la Ligue des Champions ! Au moins verra-t-on un Rhenus plein dès l'ouverture. De quoi enfoncer définitivement le clou, après trois soirées déjà bien fréquentées.  Au sommet de l'affiche, on retrouvera Chambéry et Goeteborg. Hier soir, le vice-champion de France n'a fait qu'une bouchée de Bleuets bien pâles. Les protégés de Claude Onesta, autrement plus inspirés la veille aux dépens de Moscou, ont plié puis rompu sous les coups de boutoir savoyards (28-19).

Balade de santé

 Faute de suspense, les spectateurs ont assisté à une balade de santé orchestrée par Seufyann Sayad. La troupe de Gardent a pu aisément révisé sa partition, déjouant sans mal toutes les expérimentations défensives timidement proposées par les aspirants à l'équipe nationale. Toujours est-il que Marc Wiltberger et les siens se présenteront frais comme des gardons face à Goeteborg. Un élément à prendre en compte au moment de viser la passe de trois à Strasbourg.

Du grand Wislander

 Plus tôt dans la soirée, les Suédois ont, eux, dû sortir le grand jeu face aux Égyptiens. D'abord à son avantage sous l'impulsion d'un Wislander à son meilleur niveau (7-5, 10e'), Goeteborg traverse ensuite une grosse zone de turbulence. Zaky souffle le show, Hussein et Egazy enrhument les géants scandinaves et le gardien Galia est à la peine. Du coup, le tableau de marque s'affole (13-18, 28e'). On ne voit alors pas comment Goetoborg, obligé de s'imposer au moins de deux buts pour accéder en finale, peut inverser la tendance.

C'est fort, Galia

 En resserrant les mailles défensives, pardi ! Wislander, en bon chef de troupe, commence par rameuter ses ouailles. Martin Galia, lui, retrouve son niveau de la veille. Le gardien international tchèque écoeure les artilleurs africains.  Au final, le petit gabarit de 24 ans réalise encore une prestation haut de gamme, avec 15 arrêts. Son essai à Goeteborg - il appartient encore au club tchèque de Karvina - est pour le moins concluant, lui qui est bien parti pour décrocher le titre de meilleur gardien du tournoi.

Grosse gifle

 La belle mécanique égyptienne se dérègle définitivement après la sortie de Zaky (36e'). Orphelins de leur maître à jouer - éliminé à la suite de sa troisième exclusion temporaire - les tombeurs de Montpellier sont bien moins fringants. En à peine plus de dix minutes, les «Pharaons» encaissent un 1-10 fatal (de 17-21 à 27-22, 46e').  Impossible de se remettre d'une pareille gifle. La bonne volonté du petit gaucher Egazy sur son aile n'y change rien. Goeteborg gère avec son froid la fin de partie (32-29). Cet après-midi en finale, Chambéry peut s'attendre à souffrir...

Séb.K.