© Dernières Nouvelles D'alsace, Dimanche 25 Juillet 2004

Heiner Brand en repérage


 


 


Heiner Brand : un week-end strasbourgeois riche en enseignements.(Photo DNA - Muriel Bortoluzzi)

 


 

A un peu plus de 15 jours des Jeux Olympiques, quatre des équipes qualifiées pour Athènes (le tiers des participants donc) en décousent à l'occasion du 11e EuroTournoi de Strasbourg. De quoi en intéresser quelques uns...
 

Un tournoi du calibre de celui se déroulant actuellement à Strasbourg ne peut décemment laisser indifférent qui passe pour un des tous meilleurs techniciens de la planète handball. Qui plus est en charge d'un des grandissimes favoris des prochains Jeux Olympiques.
 Heiner Brand, entraîneur d'une équipe d'Allemagne faisant figure d'épouvantail, ne s'y est pas trompé, lui qui, depuis jeudi, n'a pas laissé passer l'occasion de faire le plein d'informations.
 Prenant quelques notes, observant surtout, l'ancien pivot de la Mannschaft (131 sélections) s'est ainsi rencardé sur quelques uns de ses futurs adversaires en Grèce. Les désignés, comme la France, la Hongrie et l'Égypte, que l'Allemagne affrontera en poule préliminaire de ces Jeux-là, comme un plus que probable empêcheur de tourner en rond par la suite, l'Espagne.

« On n'est pas les seuls »

 « Je suis venu voir la France et l'Espagne, confie dans un Français quasi-parfait Heiner Brand, souvenir d'un bac option Français justement passé en 1972... Mais aussi la Hongrie et l'Égypte. C'est vrai que je connais toutes ces équipes, mais, si leur façons d'évoluer n'a pas fondamentalement changé depuis les dernières échéances internationales, il y a toujours quelques nouveautés comme quelques nouveaux joueurs qu'il est bon d'observer. D'être à Strasbourg cette semaine me donne une idée de ce qui nous attend à Athènes... »
 Finaliste des trois dernières grandes compétitions en date (victoire à l'Euro 2004, défaites à l'Euro 2002 et au Mondial 2003), l'Allemagne fait évidemment partie des grands favoris des prochains Jeux. En coach avisé, voir prudent, Heiner Brand se veut malgré tout réservé.
 « Tout le monde, notamment en Allemagne, nous colle cette étiquette d'équipe à battre. Moi, je veux bien, mais on n'est pas les seuls. La Russie (qui vient par deux fois de battre l'Allemagne en match amical), mais aussi la France, l'Espagne ou la Croatie peuvent prétendre au titre. Et attention à l'Égypte qui, étant donné son championnat moyen, ne mise que sur son équipe nationale et sur ces J.O. Je connais Jöm-Uwe Lommel, il a certainement bien préparé son coup. »

« Restons réalistes »

 En quête d'un succès au plus haut niveau (Jeux ou Mondial) depuis... 1978 et son titre de championne du monde au Danemark (Brand en était), l'Allemagne doit encore affronter par deux fois l'Islande et la Slovénie, autres qualifiés pour les Jeux, avant d'aborder sa quinzaine olympique. « Pas la France, sourit celui que Vlado Stenzel, son entraîneur à Gummersbach, avait désigné le « meilleur défenseur de tous les temps ». Parce que nos dernières rencontres ont été un peu trop musclées. Il sera toujours temps de la jouer en Grèce... »
 La Grèce où, toute favorite qu'elle est, l'Allemagne aura fort à faire. « Sur les dernières grandes compétitions, tout s'est joué à très peu de choses, à un détail près. Ça a souri à la France un jour, à la Croatie un autre, pourquoi pas à nous demain ? Mais restons réalistes. Je le répète, on n'est pas les seuls à pouvoir rêver d'or. »

Sur la durée

 D'autant que les Jeux, avec tout ce que cela sous-entend de passion chez les uns et les autres, restent une compétition à part.
 « Il n'y aura pas un match plus important ou plus facile que les autres. Sur un tel tournoi, il faut être bon sur la durée. Toutes les rencontres seront à aborder avec le plus grand sérieux. »
 Le sérieux, un terme qui colle parfaitement au personnage. Au joueur (six fois champion d'Allemagne, trois fois vainqueur de la Ligue des Champions dans les années 70) comme à l'entraîneur (il est en place depuis 1997) sans doute pas déçu de son week-end prolongé à Strasbourg.
 C'est sûr, ils sont quelques uns qui aimeraient assez consulter les notes prises durant ces quatre jours au Rhenus...

A.V