© Dernières Nouvelles D'alsace, Mercredi 24 Août 2005

Le plaisir selon Puigsegur


 


 


Laurent Puigsegur (face à Kiel en Ligue des champions) ; « C'est l'envie qui m'a guidé et le plaisir qui va avec. »(Photo MaxPPP)

 

Capitaine emblématique d'un Montpellier HB sacré champion de France pour la 8e fois en mai dernier, Laurent Puigsegur devrait participer à son... 8e EuroTournoi cette semaine. Avec, toujours, la même envie.

Il en est, rares, qui sont incontournables. Incontournables et talentueux, faisant en raison de tout ça partie intégrante du paysage (pas du décors, c'est réservé aux faire-valoir). Des qui sont là, c'est tout. Et dont, trop souvent, on n'appréhende bien l'importance qu'une fois partis.
 Laurent Puigsegur fait partie de ces joueurs d'exception-là. Arrivé dans l'Herault en 1990, juste après un premier titre de champion de France gagné avec Nîmes (huit autres suivront avec le MHB ce qui fait du garçon le joueur français le plus titré), le capitaine courage du Montpellier HB disputera, si son dos le lui permet, son 8e EuroTournoi cette semaine.

« Le secret est là... »

 Avec plaisir et envie, forcément, puisque c'est ce à quoi il a toujours fonctionné. « C'est pour ça que j'ai débuté le hand. J'ai toujours rêvé de jouer en équipe de France, de remporter des titres. C'est l'envie qui m'a guidé et le plaisir qui va avec. Le secret est là, prendre du plaisir. Jouer d'abord, gagner aussi. C'est ce qui fait que je suis toujours là. »
 Toujours là à 33 ans, à entamer ce qui sera peut-être sa dernière saison au plus haut niveau. « Je ne suis plus tout jeune et je le vérifie tous les jours puisque je m'entraîne avec des garçons nés en 90, l'année où je suis arrivé à Montpellier... J'avoue avoir déjà pensé à tourner la page. Parce que je ne veux pas faire l'année de trop, parce qu'aussi j'ai besoin d'autres choses, de ma famille, d'expériences différentes. D'un autre côté, cette fameuse envie est toujours là. Je sais avoir encore de belles choses à vivre sur un terrain. »

« Pour l'instant,
j'engrange »

 Après 15 ans au plus haut niveau, Laurent Puigsegur en a pourtant goûté des bonheurs. Des titres (9), des succès en Coupe de France (7 d'affilée), une Ligue des champions, un titre mondial. « Des émotions hors norme, poursuit Peguy Puigsegur, comme ce premier titre national en 95 (avec Marc Wiltberger entre autres), résultat d'une superbe aventure humaine. Comme celui de la saison dernière aussi, le plus dur étant donné la concurrence, celui qui nous a permit de rentrer dans l'histoire en réussissant le quadruplé et en passant Ivry au palmarès. »
 Mais ne demandez pas au capitaine montpelliérain de se livrer à un Top quelconque de ces émotions-là. « Pour l'instant, j'engrange. Quand tout sera terminé, peut-être me dirais-je alors que, p..., c'est beau ce que j'ai vécu. Mais là, aujourd'hui, je n'ai pas envie de faire un classement. Finalement, mon meilleur souvenir est d'avoir pu jouer 15 ans dans une équipe comme Montpellier et d'avoir été de l'aventure avec l'équipe de France... »

« Encore plein
de choses à gagner »

 En attendant de passer à autre chose, de changer de vie (« c'est pour ça que je me suis si souvent fait mal, parce que ce que j'ai vécu restera et que le reste viendra ensuite »), Laurent Puigsegur a remis ça cette saison. Avec cet état d'esprit qui en a toujours fait un exemple, cette volonté de ne décevoir personne, surtout pas lui.
 « C'est ma mentalité. Je veux toujours être devant. Avec Montpellier, on a un rang à tenir et encore plein de choses à gagner. » Sans Nikola Karabatic, parti à Kiel, mais avec Hissam Hmam, arrivé de Tunis. « Si l'amalgame se fait vite et bien, Montpellier sera encore très performant cette saison. »
 Dès cette semaine à l'ET ? « Je ne sais trop ce qu'on va y réussir, termine Laurent Puigsegur. Je sais, en revanche, le plaisir que nous avons à y participer. Le plateau est, une fois encore, d'une rare qualité et jouer devant autant de monde qu'au Rhenus est une chose rare en début de saison. De plus, l'ambiance de ce tournoi n'a jamais souffert du niveau qu'il a atteint. On aime l'EuroTournoi pour les gens qui l'organisent, pour l'accueil, l'environnement. C'est sourires dès la descente du bus et ça, ça fait vraiment plaisir. »
 Le plaisir, encore et toujours...

A.V