© Dernières Nouvelles d'Alsace  - Ven 26 août 2005

Histoire à suivre

L'EuroTournoi a débuté par un match nul (31-31) entre Valladolid (Ruben Garabaya à gauche) et Nordhorn (Piotr Przybecki au tir).(Photo DNA - Laurent Réa)

Le 12e EuroTournoi de Strasbourg a débuté hier au Rhenus Sport. A l'occasion de deux matches d'excellent niveau qui n'ont, pourtant, pas donné de grandes indications quant au dénouement final prévu dimanche.

Montpellier et Gummersbach exempts hier, il revenait aux quatre autres équipes participant au 12e EuroTournoi ayant débuté hier, de donner le ton. Un début en mode majeur quant bien même les deux principaux favoris de la compétition n'étaient pas en lice. Un début qui n'a pas vraiment débridé la situation.

Chambéry diminué

 Si la rencontre opposant d'entrée Nordhorn à Valladolid ne manquait pas de piquant, on attendait surtout la confrontation mettant aux prises Chambéry, triple vainqueur du tournoi (les années impaires réussissent aux Savoyards), et Zaporozhye, à peu de chose près l'équipe nationale d'Ukraine.
 On ne fut pas déçu, même si Jackson Richardson, forcément attendu par les 2 000 spectateurs présents, et les siens ne tinrent pas la distance.
 Handicapés par les absences de Nocar, Vukovic et Biloum (rien moins que leur ligne d'arrières) touchés lors du tournoi d'Oloron ce week-end, les Chambériens connurent quelques problèmes en première période (9-14). « On a bafouillé notre hand en attaque, avouait « Jack » après coup. Trop d'approximations nous ont coûté cher... »

Suspense

 Et face à cette jeune mais expérimentée formation de Zaporozhye, cela ne pouvait pas pardonner. Fernandez-Roura (11/13) et Stojnovic (16 arrêts) maintinrent bien le suspense (21-22 à la 49e), le dernier mot allait rester à des Ukrainiens emmenés par Onufriyenko (6/8) et Shelmenko (11/17).
 27-29 au bout du compte : un bon point pour un vainqueur qui aura pourtant fort à faire face à Gummersbach ce soir. Quelques motifs de satisfaction pour un vaincu qui a, malgré tout, montré de belles choses, notamment en défense.

A chacun sa mi-temps

 Quelques instants auparavant, Valladolid et Nordhorn avaient eu l'honneur d'ouvrir le bal. Dans une rencontre entre outsiders qui se termina sans vainqueur (31-31).
 Emmenés par un Muratovic qui, à défaut d'emmener les siens vers un succès (au demeurant pas attendu) dans cet ET a pris date pour ce qui est du classement du meilleur buteur (13 hier) et par un Gull égal à lui-même (6 buts), les Espagnols avaient pourtant assuré l'essentiel du spectacle avant la pause.
 A 14-18 à mi-parcours, la formation dirigée par Juan-Carlos Pastor - par ailleurs entraîneur de l'équipe d'Espagne sacrée championne du monde en Tunisie - pensait sans doute avoir fait le plus dur. Nordhorn, 5e de la Bundesliga la saison dernière, allait pourtant inverser la tendance.

Entrée en lice de
Montpellier et Gummersbach

 Forcément plus affûtés (leur championnat débute dès le 9 septembre), les Allemands prenaient les choses en main après la pause. Dans le sillage du Tchèque Filip et du Polonais Przybecki (7 buts chacun), les joueurs d'Ola Lindgren (rien à envier à son vis-à-vis puisque champion du monde avec la Suède) refaisaient surface à la 55e (29-29).
 Raccourci de ce match : Filip et Przybecki donnaient deux buts d'avance aux Allemands (58e), mais Gull et Muratovic remettaient les pendules à l'heure.
 Rien n'est ainsi joué, dans la poule 1, avant l'entrée en lice de Montpellier ce soir. Comme tout reste à faire, dans la poule 2, ou Gummersbach et ses Français, Houlet, Narcisse et Burdet, feront leurs début dès 18h. Encore de très bons moments en perspective.

A.V.