© Dernières Nouvelles D'alsace, Samedi 27 Août 2005

Nordhorn sème le trouble


 


 


Wissem Hmam (au tir, devant l'Allemand Franck Schumann) et Montpellier ont raté leur fin de match contre Nordhorn.(Photo DNA - Muriel Bortoluzzi)

 

Alors que Gummersbach a réussi, hier, son entrée dans l'EuroTournoi en dominant nettement Zaporozhye, Montpellier, a été tenu en échec par Nordhorn. S'il veut aller en finale, le champion de France doit impérativement battre Valladolid aujourd'hui.
 

La 2e journée de l'EuroTournoi a été celle des confirmations et des surprises. Dans la poule 1, Gummersbach n'a pas raté son premier match avec un net 37-26 contre une équipe ukrainienne pas à la fête.
 Zaporozhye a toujours été mené au score depuis le 1-0 de Sigurdsson. L'équipe allemande a su être adroite et puissante en défense (que de tirs contrés !..).
 En attaque, malgré un Narcisse un peu en dedans, les coéquipiers de Houlet (impeccable aux commandes du jeu) et de Houlet ont aussi pris la mesure de leurs rivaux.

Kung-fu tardif

 Dans le camp ukrainien, Pedan rendait pourtant une excellente copie (7 sur 9 et un talent fou) mais Gummersbach gardait les manettes. En fin de 1re mi-temps, l'entrée du Coréen Yoon enfonçait encore un peu plus le clou.
 Un magnifique kung-fu de Stetsuyra réveillait un peu le Rhenus mais à 29-21, le douze fois champion d'Allemagne pouvait voir venir !
 Aujourd'hui, seule une victoire de Chambéry peut relancer cette poule. Les Savoyards sont devant un sacré défi. Les hommes de Philippe Gardent devront chercher l'exploit.

Détestable fin de match

 Dans la poule 2, la situation est presque similaire. Nordhorn, avec deux matches nuls, n'est plus maître de son destin. Aujourd'hui, les Allemands seront les spectateurs inquiets du duel entre Montpellier et Valladolid.
 Pour le champion de France, ce sera quitte ou double. Une victoire, et c'est la finale. Ils ne doivent penser qu'à cela. Car il leur faut oublier une détestable fin de match hier contre des Allemands très accrocheurs.
 Thierry Omeyer et ses compagnons avaient pourtant toutes les cartes en main pour entrer victorieusement dans l'EuroTournoi. Avec Sioud et Hmam tranchants, Montpellier avait pris le large et maintenu un écart oscillant entre trois et quatre buts.
 Sans l'air d'y toucher, Nordhorn refaisait son retard et c'est Przybecki qui égalisait (24-24) à cinq minutes de la sirène. Les Héraultais venaient de se mettre tout seuls dans l'embarras.

Przybecki, le poison

 Un but d'Anquetil, évidemment dans un angle impossible, redonnait un peu d'oxygène (25-24) mais Przybecki, auteur des quatre derniers buts allemands, était là.
 Dans une fin de match tendue, Hmam prenait ses responsabilités et marquait le 26-25. Mais Bojinovic gâchait la balle de +2 en voyant son penalty détourné par l'excellent Larsson.
 En supériorité numérique, Montpellier n'avait plus qu'à défendre. Mais ce diable de Przybecki, pourtant l'homme à surveiller, ajustait Omeyer pour un 26-26 surprenant et synonyme de tracas pour la troupe de Patrice Canayer qui se retrouve aujourd'hui le dos au mur.

Christophe Schnepp