© Dernières Nouvelles d'Alsace  - Dim 28 août 2005

C'est Chambé qui régale

Christophe Zuniga s'envole au-dessus de la défense allemande et Chambéry s'impose (32-29).(Photo DNA - Muriel Bortoluzzi)

Gummersbach et Valladolid disputeront, aujourd'hui au Rhenus sport, la finale du 12e EuroTournoi de Strasbourg. Une première pour les deux équipes.

On attendait Montpellier et Gummersbach, on aura Valladolid et Gummersbach. La 3e journée de l'EuroTournoi, disputée hier dans un Rhenus sport copieusement garni, a, en effet, été fatale au champion de France, loin de son meilleur niveau. Il est vrai incomplet (Puigsegur et Karaboué sont blessés, Anquetil n'est pas entré en jeu, Golic et Hmam ont été utilisés avec parcimonie), le MHB n'a pas tenu la distance face à une formation espagnole nettement plus au point.
 En fait, si les Héraultais firent illusion notamment en début de seconde période (14-14 à la 31e), ils ne le durent qu'au talent de quelques-uns des leurs. De Sioud et de Guigou surtout, Omeyer faisant superbement bien son travail dans ses buts.

Départ catastrophique

 Mais un départ catastrophique (1-5 à la 7e), pas mal d'approximations et un compartiment défensif défaillant allaient être fatals aux joueurs de Patrice Canayer.
 Ils ne refirent surface que grâce à quelques coup de génie de ses individualités, on l'a dit, avant de lâcher prise en fin de rencontre (20-22 à la 43e, mais 25-30 et 28-35 pour finir). Muratovic, Garabaya et l'ami Gull s'étaient régalés.
 Et Montpellier, un des favoris du tournoi, affrontera, aujourd'hui à 13h, Zaporozhye avec pour objectif d'éviter la cuiller de bois. C'est dire le niveau de ce 12e EuroTournoi...
 Juste après ce match d'ouverture, Chambéry et Nordhorn en découdront pour le compte des 3e et 4e places avant que Gummersbach et Valladolid ne jouent la finale.
 Car Gummersbach, de son côté, a répondu présent. Larges vainqueurs de Zaporozhye vendredi, les Allemands ne devaient pas perdre de plus de sept buts, hier face à Chambéry, pour disputer la finale.

Comme des affamés

 Privés d'une ligne d'arrières complète (Biloum, Nocar, Vukovic), les Savoyards firent pourtant le spectacle. Jouant juste et bien, très juste et très bien, Busselier et les siens mordirent dans la rencontre comme des morts de faim.
 Richardson à la baguette (quelques passes-régal de toute beauté), Delric ou Busselier à la finition et, surtout, une défense à la hauteur et voilà Chambéry en passe de réussir l'impensable (2-2, 6-4, 11-7 à la 20e).
 A 20-13 à la pause, c'était un autre match qui pouvait débuter. Mais sans Richardson (cheville) et Busselier (contracture à l'aine), la mission, de délicate, confinait à l'impossible. D'autant que Houlet et Narcisse, les Français d'en face, y mettaient du leur (0-5 et 22-19 à la 38e).
 Au courage, Clemençon et les siens se redonnèrent espoir (29-24, 52e) avant de se rendre à l'évidence. Reste que si Gummersbach a gagné le droit de jouer la finale aujourd'hui, hier, c'est Chambé qui a régalé.

A.V.