© Dernières Nouvelles d'Alsace  - Ven 12 mai 2006

 

Handball / 13e EuroTournoi de Strasbourg (24-27 août)

Un plateau royal


Les responsables de l'EuroTournoi de Strasbourg ont dévoilé hier le nom des équipes qui seront de la 13e édition de cette manifestation, du 24 au 27 août au Rhenus sport. Montpellier, Chambéry, Sävehof, Gudme, Szeged et, surtout, Ciudad Real, récent vainqueur de la Ligue des champions : un plateau royal.

Didier Dinart (Ciudad Real, à droite) face à Wissem Hmam (Montpellier) : un face-à-face entre deux des meilleurs joueurs au monde, souvenir du Mondial-2005, qu'on pourrait revoir en finale de l'ET... (Photo AFP)

S'il est un domaine où le mieux n'est pas l'ennemi du bien, c'est bien celui de l'EuroTournoi de Strasbourg. Depuis 13 ans, les organisateurs de cette manifestation, devenue au fil du temps une des plus importantes du monde du handball, avaient habitué tous ceux qui ont cette « petite balle dans la peau » au bien, au très bien. A se demander, d'année en année, comment il était possible de faire mieux.
 Cette année, à l'occasion d'un tournoi qui se disputera du 24 au 27 août au Rhenus sport, Christian Carl, Christophe Celeny et les leurs ont réussi la gageure de faire plus fort encore que par le passé. Plaçant, une fois encore, la barre au plus haut.

 

Montpellier et Chambéry,d es ambassadeurs dignes de ce nom

 Difficile, étant donné les partants, de commencer par l'un ou par l'autre. Tous ont un palmarès incitant au respect, chacune des six équipes qui en sera est une référence en Europe.
 Mais puisqu'il le faut bien, et qu'elles le valent bien, on va débuter par les équipes françaises, au nombre de deux cette année encore.
 Montpellier en premier lieu. Ce Montpellier-là, fils du Cosmos des amis Lacombe, Molines et Eugster, qui remporta, un doux soir d'août 1994, le tout premier EuroTournoi et qui, dans la foulée, décrocha son premier titre de champion de France. C'était le MHB des Wiltberger, Golic, Puigsegur (homme libre bien que né à Fresnes, le plus capé des sportifs français avec 10 titres nationaux), Czak, Tchoumak ou Teyssier, deux ayant foulé les parquets sélestadiens.
 Huit autres titres allaient suivre. Ainsi que sept Coupes de France (depuis Nancy et samedi dernier) et deux Coupes de la Ligue en attendant, pourquoi pas, une troisième dans les semaines qui suivent. Et, cerise sur le gâteau, mais quelle cerise, la consécration sous la forme d'une Ligue des champions en 2003. Montpellier quoi. La meilleure équipe que le hand français ait jamais engendré.
 Chambéry aussi, le meilleur ennemi de la formation héraultaise. Chambéry, champion de France en 2001, recordman des 2es places, seule formation à contester la supériorité du MHB depuis sept ans. Une formation savoyarde, toujours en course pour la... 2e place cette saison, au sein de laquelle évolue l'icône du hand français, un Jackson Richardson qui n'a plus à être présenté. Chambéry, enfin, qui détient le record de succès à Strasbourg, les joueurs de Philippe Gardent s'étant imposés en 1999, 2001 et 2003.

Sävehof et Gudme, la fraîcheur nordique

 Deux des meilleurs français donc. Mais également quelques uns des clubs étrangers les plus en vue. Promis, ne passez pas dès à présent à la fin du papier si on vous dit qu'on garde le meilleur pour la fin. Savourez d'abord...
 Les Allemands ne pouvant être du rendez-vous eux qui, Mondial-2007 organisé chez eux oblige, débutent leur championnat le week-end de l'ET (ça ne se fait pourtant pas !), Christophe Celeny et Christian Carl ont misé sur des formations qui, d'habitude, fourbissaient leurs armes lors de tournois organisés par des clubs de Bundesliga.
 Seront ainsi de la partie les Suédois de Sävehof et les Danois de Gudme, deux habitués de la Ligue des champions, deux petits nouveaux à Strasbourg.
 Sävehof, c'est la pépinière d'un hand suédois actuellement au creux de la vague, mais qui ne tardera forcément pas à revenir au plus haut niveau. Le club par lequel tous les talents d'un pays quatre fois champion du monde sont passés.
 Gudme, c'est le digne représentant d'un Danemark troisième au dernier Euro remporté par la France et qui, régulièrement, s'évertue à faire la nique aux meilleurs. Emmenée par une pléiade d'internationaux dont Laen, Henriksen ou Jensen, cette équipe-là pourrait bien être la (bonne) surprise de ce 13e ET.
 A tous ceux-là s'ajoute Szeged dont ce sera la 2e participation au tournoi strasbourgeois (6e en 99). Grands rivaux de Veszprem (6e de l'ET en 2002), les vice-champions de Hongrie alignent une équipe composée d'internationaux. Hongrois ou Serbes comme Perunicic, ancien de Paris et de Magdebourg (il était du tournoi 2001), Djurkovic ou Krivokapic. Du solide, là encore.

Ciudad Real, aujourd'hui la meilleure équipe du monde

 Le meilleur pour la fin, disait-on. Sans faire injure aux uns ou aux autres, Ciudad Real fait, en effet, figure de meilleur. Pendant du Real, mais de Madrid, au football, des Spurs de San Antonio au basket ou des Australiens au rugby, la formation espagnole est, assurément, ce qui se fait de mieux dans le monde du hand actuellement.
 Entraînée par l'emblématique Talent Dujschebaev, élu deux fois meilleur joueur du monde, l'équipe de la Castille-la Manche chère à Cervantes (la région, pas l'équipe) aligne des stars à chaque poste. On a beau chercher, pas de point faible dans un groupe vainqueur de la Ligue des champions cette année.
 De Sterbic à l'Islandais Stefanson (meilleur passeur du dernier Euro), au Tchèque Rutenka (meilleur buteur), à l'ex-Cubain Urios (meilleur pivot) ou à notre Didier Dinart à nous (meilleur défenseur, seul Français à avoir remporté deux Ligues des champions) en passant par Dzomba et Metlicic, champions olympiques croate, Hombrados, Davis, Belaustegui ou Enterrios, internationaux espagnols et champions du monde en titre, il n'y a que du tout bon. Et on a, là, nommé que les plus connus, les autres (Pajovic, Fis, Kallman) n'ayant pas grand chose à leur envier.
 Montpellier, Chambéry, Sävehof, Gudme, Szeged et Ciudad Real ou Ciudad royal : quand les affiches et posters de l'ET promettent le mieux du handball en Europe, il n'y a pas tromperie. Vivement le 24 août que tout ça débute...

A.V.