© Dernières Nouvelles d'Alsace  - Ven 12 mai 2006

 

Canayer, grand seigneur

On le sait, Montpellier, premier vainqueur du tournoi, et Chambéry, détenteur des victoires à Strasbourg (trois) sont, pour des raisons à ne plus en savoir le nombre, de ceux dont l'EuroTournoi ne peut se passer. Sportivement précieux mais aussi affectivement indispensables.
 La preuve : la formation montpelliéraine, qui s'est engagée de longue date à affronter Sélestat à Cernay la veille du début du tournoi, avait demandé aux responsables de l'ET d'être exempte lors de la première journée. Tout comme le fit un peu plus tard Gudme, pour des raisons de proximité, ou d'éloignement, c'est selon.
 Deux équipes seulement pouvant prendre leur journée de repos avant d'avoir joué, la requête de Ciudad Real ne pas jouer le premier jour, ne pouvait être recevable que si l'un des deux déjà demandeurs acceptait de se désister. Grand entraîneur, les preuves sont là, Patrice Canayer s'est, à l'occasion, également montré grand seigneur. Acceptant de céder le passe droit qui lui était dû pour ne pas priver l'ET de la présence de la meilleure équipe d'Europe actuellement. Chapeau et merci Monsieur Canayer.

A.V.