© Dernières Nouvelles D'alsace, Vendredi 25 aout 2006

Les Français assurent

Vainqueurs des Suédois de Sävehof (30-26) et des Hongrois de Szeged (27-23), Chambéry et Montpellier ont idéalement entamé leur EuroTournoi. Les deux équipes françaises seront exemptes aujourd'hui, Ciudad Real et Gudme faisant quant à eux leurs débuts.

Contrat rempli pour Jeoffroy Krantz et Montpellier. (Photos DNA - Laurent Réa)

A un peu plus de deux semaines de la reprise, il est évident qu'il reste encore du travail aux uns et aux autres. Des points à régler, pas mal de choses à peaufiner. Les deux matches programmés hier ont cependant idéalement lancé ce 13e EuroTournoi dans un Rhenus sonnant un peu le creux d'entrée de jeu, mais se garnissant au fil de la soirée.
 Premiers en lice, Chambéry et Sävehof, respectivement vice-champions de France et de Suède. On l'a dit, tout ne fut pas parfait techniquement. Mais les Savoyards ont montré pas mal de belles choses. En défense notamment où Stamate, arrivé de... Saint-Cyr-sur-Loire (Nationale 1) à l'intersaison, et ses nouveaux partenaires furent souvent à leur avantage.
 Roiné, en provenance de Dunkerque, fit d'entrée de match apprécier sa force de frappe, si bien que les Chambériens, d'abord hésitants, prirent vite les devants (1-3, mais 6-3 à la 6e). Jackson Richardson, utilisé avec parcimonie, profita de son temps de jeu pour montrer qu'il n'avait rien perdu de sa légendaire vista.

Le spectacle pour finir

 En mal de gauchers, Philippe Gardent utilisa tour à tour Nocar, Vuckovic et N'Diaye à droite, Chambéry continuant de faire la course en tête (15-10 à la pause). A 21-15 (43e), Busselier et les siens semblaient avoir match gagné, mais Sävehof, emmené par Fahlgren - auteur d'un impressionnant 7/8 au tir - et profitant d'une succession d'erreurs savoyardes revint dans la course (21-18).
 C'est Vuckovic qui remit sa formation dans le sens de la marche (25-19, 50e), les deux équipes se décidant de quitter le public du Rhenus en lui offrant deux superbes buts : une roue en fin de contre attaque pour Atterhall et un kung-fu au millimètre entre Joli et Delric (30-26).
 Le niveau monta d'un cran à l'occasion de la deuxième rencontre. Sans Junillon (fracture du majeur), mais avec Tej, accueilli comme il se doit par le Rhenus, les multiples champions de France furent les premiers à frapper (6-3). Karaboué montrait que même sans Omeyer l'équipe héraultaise allait tenir la route (10 arrêts dont 2 penalties en 22 minutes) et Montpellier atteignait la pause avec quatre longueurs d'avance (9-6 à la 15e, 9-9 quatre minutes plus tard, mais 14-10) sur un 3e but de Tej.

Entrée en lice, ce soir, de Ciudad Real

 Mais autant ils avaient semblé maîtriser leur sujet jusque là, autant Burdet et ses coéquipiers se montrèrent fébriles en seconde période. Accumulant les pertes de balle, les choix douteux et les fautes de main, les Français subirent, L'impeccable Puljezevic (11 arrêts en première période, 18 au total) et les siens, Bendo en tête, profitèrent au mieux des largesses montpelliéraines pour recoller à 14-12 (33e), revenir à hauteur de leurs adversaires à 15-15 (40e) puis prendre dans la foulée l'avantage (17-18, 42e).
 Pas du goût de Greg Anquetil qui se décida alors à bouger les siens. Plus concernés en défense, les Héraultais, passèrent alors un 5-0 à Szeged qui s'avéra décisif (22-18, 49e, 25-19 et 27-23 pour finir).
 Deux sur deux : bons débuts pour les Français. Ce soir, entrée en lice de Ciudad Real, vainqueur de la Ligue des champions et grand favori du tournoi. Les Espagnols affronteront Sävehof à 20h, Gudme et les Hongrois de Szeged ouvrant le bal dès 18h.

A.V.