© EuroMag, Dimanche 27 aout 2006

Le choc des champions

Montpellier et Ciudad Real, vainqueurs hier soir de Gudme (29-26) et Chambéry (33-27), disputeront ce soir la finale du 13e EuroTournoi. Un choc de titans.

En disposant de Gudme, Issam Tej et les Montpelliérains s'offrent un alléchant rendez-vous en finale cet après-midi (17 h) face à l'ogre Ciudad Real. (Photo Dna - Alain Destouches)

Ce sera somptueux, tout simplement. Aujourd'hui, à 17h, Montpellier et Ciudad Real se disputeront un succès à l'EuroTournoi, le deuxième après celui de 1994 pour les Héraultais, le tout premier pour les Espagnols.
 Ce sera somptueux puisque ce match, clôture d'une manifestation qui a d'ores et déjà atteint les sommets, opposera deux champions d'Europe. Montpellier avait remporté la Ligue des champions en 2003, Ciudad Real la saison dernière.

C'est Guigou qui régale !

 Pour être de cette finale, les uns et les autres eurent à se défaire de deux équipes qui leur donnèrent du fil à retordre. Ciudad Real domina certes son sujet, mais Chambéry fit beaucoup mieux que se défendre. Montpellier, de son côté, connut quelques difficultés à se débarrasser d'une formation de Gudme accrocheuse, elle qui fut longtemps en mesure d'y croire.
 Reste que les champions de France, qui ne furent menés que l'espace de cinq minutes en fin de première période, ont amplement mérité leur succès. Emmenés par Guigou, petit génie des parquets, qui enflamma à plusieurs reprises le Rhenus Sport, les joueurs de Patrice Canayer, sans Burdet, touché au dos, firent le travail.
 Bojinovic efficace (10 buts) et les siens avaient creusé un premier écart à la pause (16-13) que les Danois, grâce à Klav Jorgensen, comblèrent après dix minutes en seconde période (19-18). Montpellier se redonna un peu d'air (22-18 à la 43e) se contentant de (bien) gérer sa fin de match malgré un retour danois à 23-21 et 24-22 (50e).
 Le compte est donc bon pour Montpellier qui disputera sa quatrième finale à Strasbourg. Et qui aura la délicate charge d'écarter Ciudad Real pour s'y imposer une deuxième fois.

Des ratés aux moments clefs

 Pour le moins délicate, Ciudad Real ayant une nouvelle fois montré sa solidité hier. Face à des Chambériens qui eurent le mérite de toujours y croire et qui entrèrent idéalement dans le match (1-2, mais 3-2 et 4-3 à la 7e), l'armada espagnole se montra à la hauteur de sa réputation.
 Jackson Richardson avait donné le ton, mais Stefansson allait mettre son équipe dans le sens de la marche. Et, petit à petit, doucement, mais inexorablement, Ciudad Real prit ses distances, profitant de la plus petite opportunité pour tromper Stojinovic.
 A 10-17 à la pause, les affaires étaient plutôt mal engagées pour des Savoyards qui, pourtant, ne baissèrent jamais les bras. Et, à grand coup de courage, grâce aussi à un excellent Vuckovic, Chambéry refit surface dès son retour sur le terrain.
 Revenu à trois buts à la 43e (21-18), le vice-champion de France rata alors trop d'occasions à des moments importants. Il est vrai qu'avec Sterbik ou Hombrados en face...

Première participation, première finale

 Entrerrios et Belaustegui en profitèrent pour redonner de l'air à une formation un ton au dessus, on le savait. Et, pour sa première participation à l'ET, Ciudad Real jouera sa première finale, aujourd'hui à 17h.
 Avant ce choc des champions, Chambéry tentera d'accrocher la troisième place aux dépens de Gudme (15h). Là encore un match qui promet. Enfin, Szeged et Sävehof en découdront dès 13h pour éviter la cuiller de bois. Du grand, du beau spectacle en perspective...

A.V.