© Dernières Nouvelles D'alsace, Mercredi 22 aout  2007

 

Montpellier avant l'EuroTournoi

M'Gannem et les siens

Meilleur demi-centre du championnat de France depuis deux ans, Heykel M'Gannem a rejoint Montpellier. Une reconnaissance, mais aussi pas mal de responsabilités en plus pour celui qui porta le maillot sélestadien durant trois saisons.

Sa place était forcément là, au sein de la meilleure équipe française de ces dix dernières années. Aux côtés de quelques-uns des meilleurs joueurs actuels, investi de responsabilités à la hauteur de son immense talent.
 Sélestadien de 2002 à 2005, Nîmois depuis deux saisons, Heykel M'Gannem a fini par rejoindre Montpellier, le club où il devait jouer. Et, comme son arrivée allait de soi, elle s'est passée tout en douceur.

Ivry, Chambéry et Paris, seront autant d'adversaires dangereux
 

 « Je n'ai connu aucun problème d'intégration, lâche celui qui fut désigné meilleur joueur du championnat 05/06. La présence de trois autres Tunisiens (Tej, son ancien compère à Sélestat, Hmam et Maggaiez) y est forcément pour beaucoup. Mais aussi, je connaissais tous mes nouveaux coéquipiers pour les avoir souvent croisés la saison dernière. »

 

 Bref, Heykel M'Gannem est chez lui à Montpellier. Pressé de voir de quoi sera fait la saison à venir, une saison que Montpellier débutera le 6 septembre face à... Nîmes et qui doit être pour la formation héraultaise celle de la reconquête.
 « C'est l'objectif premier: reprendre le titre perdu cette saison. On en a les moyens, c'est sûr, mais rien ne s'annonce facile. En 2002, lorsque je suis arrivé en France, il y avait Montpellier et les autres. Depuis, le niveau moyen a beaucoup augmenté. Ivry, Chambéry ou Paris seront autant d'adversaires dangereux. Il va nous falloir être très forts mentalement, beaucoup travailler, ne jamais rien lâcher. »
 Patrice Canayer, l'entraîneur montpelliérain compte forcément beaucoup sur sa recrue pour aider le MHB à décrocher un 10e titre national. Au point de lui laisser les clés ? « Je suis là pour faire respecter les plans de jeu définis, pour faire en sorte que tous tirent dans le même sens. Mais nous sommes plusieurs à endosser les responsabilités. »

« Nos affinités peuvent apporter au groupe »

 Il y a Guigou, le capitaine, Bojinovic et Abati avec lesquels M'Gannem formera d'ailleurs un groupe de travail (une nouveauté) amené à faire le point chaque mois avec le coach.
 Et puis il y a les Tunisiens, les petits frères, que l'ancien Sélestadien sera en charge de faire encore progresser. « Le fait que nous nous connaissions parfaitement peut être un avantage. A condition de ne pas en abuser, nos affinités peuvent apporter au groupe. Le risque serait que nous jouions entre nous. Ce ne sera pas le cas. Les autres jouent avec nous, nous jouons avec les autres. »
 Tous ensemble, sur, mais aussi en dehors du terrain. « Il y a des cultures communes (quatre Tunisiens, deux Tchèques entre autres), mais il ne doit pas y avoir de clans. Le but du jeu, en ce début de saison, est de construire une équipe, de façonner un groupe et je m'emploie à ce qu'on y parvienne. »
 Tout ce beau monde tentera d'en apporter la preuve en cette fin de semaine. A l'occasion d'un Tournoi qu'attend avec impatience M'Gannem. « Je suis très heureux de revenir à Strasbourg, de respirer l'air d'Alsace, de retrouver les amis que je me suis fait dans la région. Je n'ai vraiment gardé que des bons souvenirs de mon passage là-bas. » Et si ce 14e EuroTournoi en était un de plus ?

A.V.