© Dernières Nouvelles D'alsace, Dimanche 26 aout  2007

 

Rencontre

Guigou le garant

Victime d'une périostite au tibia gauche qui lui pourrit la vie depuis le début de l'année, Michaël Guigou a assisté, du banc, à la défaite de Montpellier, vendredi, face à Copenhague. Pas forcément de quoi l'inquiéter.

La souffrance, Michaël Guigou connaît. Depuis janvier, il traîne ainsi une périostite ne lui ayant laissé que très peu de temps de jeu. En attendant de passer de nouveaux examens, ce mardi, l'ailier gauche de Montpellier s'est offert, vendredi, une petite dose de tourment supplémentaire.
 Du banc, il a assisté à la défaite de sa formation, complètement hors sujet durant 30 minutes, face à Copenhague. « J'ai souffert, c'est sûr. Mais bon. Ce n'est pas tous les jours que notre base arrière avancera des statistiques aussi mauvaises qu'en première période. Ce match montre en tout cas le travail qu'il nous reste à faire. »
 Plus embêté qu'inquiet, Michaël Guigou, persuadé que Montpellier saura répondre présent cette saison encore. « Le groupe a beaucoup changé depuis un an. Nous avons une équipe à reconstruire, une âme à retrouver et tout ça demande du temps. Mais on a montré, comme lors de la Coupe de la Ligue la saison, dernière, que nous étions capables de nous prendre en main. »

« On s'est mis dans des
galères pas possibles »
 

 Cinq fois champions de France depuis 2002 avant de céder leur trône à Ivry, les Montpelliérains n'ont visiblement rien perdu de leur appétit, ni de leur motivation. « L'an dernier, on s'est mis dans des galères pas possibles à l'occasion de rencontres que nous devions gagner. C'est certain, il y a des approches de match à reconsidérer comme il y a un plaisir à retrouver. Parce que c'est vrai qu'il y a nettement mieux qu'une saison où on perd un titre en ayant galéré... »
 Ame, plaisir, ces notions que de glorieux (jeunes) anciens incarnaient et cultivaient. Un état d'esprit, des principes, dont Michaël Guigou se sent dépositaire. Lui le discret, le mesuré, est décidé à prendre ses responsabilités à bras le corps.
 « J'ai pas mal appris l'an dernier. Il y a des moments où j'aurais du prendre la parole et où je ne l'ai pas fait. J'ai vécu des situations qui m'ont fait comprendre que mon rôle au sein du groupe avait changé. J'ai envie d'aider à faire évoluer certaines choses et je me sens vraiment de le faire. »

« Je vais m'épanouir »
 

 Du haut de ses 25 ans, « Mika » aborde ainsi la nouvelle saison avec sérénité, persuadé de la valeur de la formation héraultaise. « Là, il manque à la fois peu et beaucoup, mais on est capable de rectifier le tir comme notre deuxième période face à Copenhague l'a montré. On a déjà vécu des EuroTournoi difficiles avant de remporter des titres... C'est vrai que le temps est compté, mais j'ai confiance. Tout ce que nous vivons actuellement va nous permettre d'être prêt quand il faudra l'être, le 7 septembre. »
 Avec Bojinovic, Abati et M'Gannem, autres sages montpelliérains, Michaël Guigou veillera au grain. Avec d'autant plus de détermination que le garçon se sent parfaitement bien à Montpellier.
 Lui qu'avait contacté Kiel dans un premier temps, Ciudad Real et Chambéry plus récemment, est en contrat avec le MHB jusqu'en 2012 et ne trouve rien à y redire, au contraire. « Je sais que je vais m'épanouir dans mon nouveau rôle au sein d'une équipe qui a toujours autant envie de progresser. » Ne serait-ce cette foutue périostite, la vie serait belle.

 

A.V.