© Dernières Nouvelles D'alsace, Vendredi 07 mai 2010

 

Le meilleur, bien sûr !

Le 17e EuroTournoi se disputera du 19 au 22 août prochain au Rhenus sport. De Dunkerque à Moscou en passant par Logrono et Celje via Montpellier et Chambéry, c'est une bonne partie de l'Europe du hand qui se produira à Strasbourg cet été.

Joël Abati a fait l'amitié à Christian Carl et Christophe Celeny d'être,
hier soir, de la présentation de l'EuroTournoi 2010. (Photo DNA - Thierry Suzan)

Il suffit de voir ceux qui en sont pour mesurer l'ampleur de la chose.
 On pense là aux équipes qui, depuis 17 ans, 17 ans déjà, se sont succédé à la Robertsau, à Schiltigheim, à Reichstett, à Truchtersheim ou à Sélestat à l'occasion de l'EuroTournoi.
 On parle aussi, puisque c'était hier l'actualité, de ceux qui sont passés par Strasbourg, tous cautions de ce qui est devenu, au fil des ans, un des plus gros (question de modestie...) tournoi organisé en début de saison.
 Il y a eu Daniel Costantini, le grand Costantini, parrain d'une manifestation qu'il n'a raté qu'une seule et unique fois, la première. Puis Claude Onesta, successeur du précédant à la tête de l'équipe de France, entraîneur comblé pour avoir tout gagné.
 Hier soir, c'est Joël Abati qui a présidé à la présentation du 17e EuroTournoi de Strasbourg qui se déroulera du 19 au 22 août au Rhenus Sport.

Dunkerque aux côtés de Montpellier et Chambéry

 L'homme au palmarès aussi long qu'un mal de dent ( !), Monsieur Jo pour les intimes et même ceux ne l'étant pas, était ainsi présent à la soirée organisée par les responsables de l'ET, Christian Carl (re !) et Christophe Celeny en tête, pour présenter une manifestation qu'il connaît bien.
 Car si sa biographie relève bien deux titres mondiaux (2001 et 2009), une couronne européenne (2006) et un sacre olympique (2008), elle omet de signaler que le garçon a remporté à quatre reprises l'EuroTournoi (avec Créteil en 1995, Magdebourg en 1998 et l'équipe de France en 2004 et 2008).
 Bref, c'est un connaisseur qui a commenté un plateau 2010 ne manquant pas de cachet.
 Pour la première fois depuis longtemps, depuis 2002 (2003 si l'on prend en compte l'équipe de France A'), l'ET alignera trois équipes françaises : les fidèles, Montpellier (vainqueur en 1995) et Chambéry (succès en 1999, 2001 et 2003) auxquels s'ajoutera, cette saison, l'US Dunkerque de Baptiste Butto (aujourd'hui 4e de Ligue 1 après avoir longtemps contesté la 2e place aux Chambériens).

Montpellier et son bourreau, Tchékov

 Les «CC» (Carl et Celeny, Christian et Christophe) ont, par ailleurs, attiré des formations de haut niveau venant d'ailleurs. Au premier rang desquelles le Chehovskie Medvedi Moscou - on va dire Tchékov - de l'emblématique Vladimir Maximov (double champion olympique, double champion du monde, champion d'Europe), bourreau de Montpellier il y a peu en quart de finale de la Ligue des champions.
 Ceux qui affronteront le FC Barcelone en demi-finale du final-four de Cologne à la fin du mois, font partie d'une poule 2 qui comprendra Dunkerque et une équipe chambérienne recordman des victoires à l'EuroTournoi.

La touche espagnole

 En poule 1 et face à l'ogre montpelliérain de Nikola Karabatic, Vid Kavticnik, Issam Tej ou Michael Guigou, on retrouvera Celje, vieille connaissance puisque vainqueur de l'édition 1996, deuxième en 1999.
 Les Slovènes, forts des retours au pays de Vugrinec (Pampelune), Zorman ou Pajovic (Ciudad Real) font partie de ce qui se fait de mieux actuellement.
 Dernier invité, Logrono. Dit comme ça, ça ne représente peut-être pas grand chose. Sauf que Naturhouse La Riota, nom de scène de cette équipe espagnole, n'est pas le premier venu.
 Actuel sixième de la Liga, la formation entraînée par Jesus Javier Viguera vient d'échouer en demi-finale de la Coupe d'Europe EHF, éliminée par les Allemands de Lemgo après avoir gagné le match aller (30-25, mais 26-34).
 Depuis les venues d'Altea (2e en 2001) ou de Valladolid (2e en 2005), plus encore depuis celle de Ciudad Real (lauréat en 2006 et 2007), on sait bien la valeur du handball ibérique. Logrono ne décevra sans doute pas et ne déparera certainement pas lors de cette édition 2010 d'un tournoi une fois encore exceptionnel.
 Il fallait bien un Joël Abati pour présenter et cautionner tout ça...

A.V.