© Dernières Nouvelles D'alsace, Dimanche 22 aout 2010

 

En bleu, blanc, rouge...

     La finale du 17e EuroTournoi sera franco-française. Hier, dans un Rhenus sport chaud bouillant, Chambéry et Montpellier se sont défaits de Moscou et Celje, s'offrant le droit d'en découdre ce soir.

Autant les deux premières journées de l'EuroTournoi avaient pu laisser les connaisseurs sur leur faim (on parle handball bien sûr, pas qualité de l'organisation), autant les deux matches au menu hier au Rhenus sport ont fait l'unanimité.
 Puisqu'il s'agissait de décrocher une place en finale, Chambéry et Moscou d'abord, Montpellier et Celje ensuite, n'ont plus rien caché, faisant frémir de plaisir un public venu en nombre.
 Face à une équipe moscovite qu'on sait solide (c'est à 99% l'équipe nationale de Russie), les Chambériens ont joué aux justiciers, faisant payer à leurs adversaires l'affront fait à Montpellier, la saison dernière, en quart de finale de la Ligue des champions (29-27).
 

Impeccable Basic

      Rien ne fut bien sûr facile, les joueurs de Vladimir Maksimov jouant jusqu'au bout les empêcheurs de tourner en rond. Reste que le succès savoyard ne doit rien à personne, si ce n'est aux Chambériens eux-mêmes, séduisants de bout en bout.
 Menant au score d'entrée de jeu à la faveur d'une grosse défense 3-2-1 derrière laquelle Grahovac fit superbement son travail (6-2 à la 11e), la formation de Philippe Gardent avait également impressionné par son efficacité en attaque.
 "Chambé" mena ainsi jusqu'à la 50e. Jusqu'à l'égalisation à 21-21 de Skopintsev. Moscou prit dans la foulée l'avantage par Harbock avant une fin de match palpitante. Fin de rencontre qui fut celle d'Edin Basic (deux buts, une interception), l'excellent Bosniaque offrant aux Chambériens une 4e finale à Strasbourg, la possibilité d'inscrire pour la... 4e fois leur nom au palmarès de l'épreuve.
 

« Toujours intéressant »

      « Nous n'avons pas été transcendants, mais il y a eu quelques belles phases, confie Benjamin Gille. C'est encourageant. Moscou est aussi en phase de travail et n'a peut-être pas jeté toutes ses forces dans la bataille, mais c'est toujours intéressant de battre une équipe comme celle-là. »
 Vainqueur de l'ET 2003, le dernier né de la fratrie se verrait bien remettre ça ce soir. Il faudra, pour se faire, se fendre d'une nouvelle performance face à Montpellier, vainqueur plus tard dans la soirée de Celje (38-36).
 Les champions de France, nettement plus en vue que la veille, mirent 20 minutes pour prendre la mesure d'une formation slovène sans complexe (4-6, 7-10 à la 15e, 11-11).
 Tout s'accéléra sous l'impulsion d'un Tej impeccable (21-17 à la pause, 24-19, 29-24 à la 43e) et d'un Kavticnik lui aussi efficace.
 

Canayer pas content...

      Gagné ? Pas encore, Lesjak faisant des misères aux tireurs héraultais et Celje en profitant pour recoller à 30-28 (48e).
 Pas plus à l'aise que ça collectivement, Montpellier s'en remit alors au talent de ses individualités, Kavticnik encore, mais aussi Bojinovic et Accambray (36-31, 55e, 38-36 pour finir).
 Pas assez pour Patrice Canayer, plutôt remonté en fin de rencontre. « Il faut revenir à plus d'humilité et de concentration. L'équipe se prend parfois pour ce qu'elle n'est pas, on aurait dû plier ce match avant terme. Mais Celje et Moscou sont deux grosses formations européennes et ces succès montrent que les clubs français sont capables de rivaliser. Chambéry a une très belle équipe et peut être considéré comme le favori du prochain championnat... »

A.V.