© Dernières Nouvelles D'alsace, Dimanche 22 aout 2010

 

Gros plan sur Issam Tej (Montpellier)

Le taulier

     Vainqueur du premier EuroTournoi en 1994, Montpellier a fait son entrée hier soir face à Dunkerque. L'ambitieuse équipe héraultaise peut plus que jamais compter sur l'ancien Sélestadien Issam Tej, devenu l'un de ses cadres.

  Il est considéré comme un des tous meilleurs pivots au monde, redoutable défenseur et attaquant redouté. Mais Issam Tej n'est pas que cela. C'est aussi un des meneurs du Montpellier AHB, un de ceux sur lesquels Patrice Canayer, l'entraîneur héraultais, peut sans souci s'appuyer.
 « Nous sommes quelques-uns à avoir les clés, confie celui qui fit durant trois saisons le bonheur du SC Sélestat d'alors. Il y a Mika (Guigou), Dugi (Mladen Bojinovic) ou Niko (Karabatic). Mais c'est vrai que j'ai pris du galon depuis quatre ans que je suis là. »
 

« Ma région d'adoption, ma ville de cœur »

      Écouté parce qu'irréprochable, Issam Tej est un modèle d'investissement et de combativité, défaut devenu vertu au fil des années. « Mais si je fais partie des meneurs, c'est aussi parce que je me sens bien dans ce groupe. Je sais la chance que j'ai d'en faire partie et je me dois de lui rendre tout ce qu'il peut m'apporter. »
 Garçon attachant parce que fidèle en amitié, le Tunisien n'oublie pourtant pas le club de ses débuts dans le championnat de France. « L'Alsace est ma région d'adoption et Sélestat ma ville de cœur. C'est là que, "handballistiquement", tout a commencé, merci Maya (Berthier). J'y ai passé trois ans de bonheur et je m'y suis fait mes premiers potes français ».
 « Je regrette d'ailleurs de ne pouvoir y revenir plus souvent. Mais autant c'était faisable il y a trois ans, autant c'est devenu impossible aujourd'hui. Entre le club, l'équipe de Tunisie et la famille (Emna a trois ans, Rayan 20 mois), je n'ai plus vraiment beaucoup de temps à moi... »
 

« On m'a fait payer notre contre-performance »

      Parce qu'Issam Tej a tout récemment réintégré une équipe tunisienne de laquelle il a été évincé durant un an au lendemain du Mondial-2009. « Parce que j'ai une grande gueule, parce que, lorsque j'ai quelque chose à dire je le dis, on m'a fait payer (Missaoui, le gardien nantais a lui aussi trinqué dans l'affaire) notre contre-performance en Croatie (17e). »
 C'est Alain Portes, le nouvel entraîneur de l'équipe maghrébine, qui posa comme condition à sa venue la réintégration des deux bannis. Au grand bonheur d'un Tej qui ne cache pas son bonheur d'en être de nouveau. « C'est bien sur important de jouer pour mon pays... même si, depuis le temps, je me sens un peu Français ! »
 Heureux pour tout ça Issam Tej. Heureux de participer à l'EuroTournoi aussi. « Moi, ça me permet de revoir des amis et c'est intéressant pour l'équipe. C'est un tournoi relevé qui peut être révélateur. Il doit nous permettre d'améliorer notre jeu en jouant de grosses équipes et de juger de notre état de forme après un mois de préparation. »
 

Ambitieux et revanchards

      « Ça ne va pas être évident pour nous parce que nous sortons d'une grosse préparation physique, poursuit Issam Tej. On l'a vu à la Schlecker Cup la semaine dernière quand, après avoir été plutôt bons face à Berlin et Veszprem (un des adversaires du MAHB en première phase de la Ligue des champions), nous avons coulé face à Kiel (37-26). Mais bon, les Allemands ont deux semaines de préparation de plus que nous... »
 Pas inquiet, mais impatient l'ancien Sélestadien, sûr des qualités du groupe. « Nous sommes ambitieux parce qu'une équipe comme Montpellier se doit de l'être. Et nous sommes revanchards aussi. Nous avons vécu une fin de saison dernière galère, les blessures des uns et des autres (Karabatic et Kavticnik en premier lieu) nous ayant privés du Final Four de la Ligue des champions. On dit que c'est dans les moments difficiles qu'on grandit, à nous de le prouver. »
 

« Mika est celui qui devait nous rejoindre »

      Et qu'est-ce qui pourrait priver le MAHB d'un tournoi final à Cologne ? « La malchance... On lui a payé un lourd tribut la saison dernière. Si la réussite est avec nous, nous pouvons aller au bout cette année... au même titre que six ou sept autres équipes ! »
 Issam Tej veut y croire, tout comme il mise sur Mickaël Robin, néo-Montpelliérain avec lequel il a évolué au SCS. « Le club a décidé de tout changer au niveau des gardiens, d'allier l'expérience (Stochl) et l'avenir. Dans cette optique-là, Mika (Robin) est celui qui devait nous rejoindre. J'espère que Montpellier lui apportera et qu'il apportera à Montpellier... »
 On peut faire entière confiance à l'Alsacien. Tout comme on peut compter sur Issam Tej pour l'aider à y parvenir.

A.V.