Sayad, l'âge des possibles

Voilà quatre ans que Seufyann Sayad n'avait plus participé à l'EuroTournoi. Le Sélestadien attend ce rendez-vous avec impatience, histoire de poser les jalons d'une saison charnière. Entretien.

Seufyann Sayad repart en campagne avec Sélestat. Peut-être la dernière avant un exil inéluctable vers un club plus huppé. A quelques heures de l'EuroTournoi qui démarre mercredi, le grand espoir alsacien - il aura 22 ans en novembre - évoque les objectifs du club et ses ambitions personnelles. Comme toujours, humilité et sagacité teintent ses propos. - Comment se déroule l'avant-saison sélestadienne ? - Les préparatifs vont bon train. On a repris fin juillet avec une semaine de préparation physique à Megève. Ensuite on a enchaîné avec une semaine de hand suivie de quelques matches amicaux. L'équipe manque encore de repères. Personnellement, je suis bien physiquement mais je manque de rythme. L'accumulation de matches ne peut que me faire du bien. Après trois semaines d'entraînement, l'EuroTournoi devrait permettre d'y voir un peu clair.

« Challenge séduisant »

- Après une saison délicate où la relégation fut évitée de justesse, n'aviez-vous pas eu envie de changer d'air ? - Le challenge proposé par le club m'a séduit. Très tôt, j'ai resigné un contrat de deux ans. Ceci dit, j'ai une clause libératoire en fin de saison si nous ne terminons pas européens. Et puis il me reste un an d'étude à effectuer. Après un DUT, je me lance dans une 3e année de commerce à l'ISEG. - Le départ de Marc Wiltberger et un recrutement limité ne plaident pas en faveur d'une place européenne. Cela ne vous inquiète-t-il pas ? - C'est sûr que Marc Wiltberger avait un grand rôle dans l'équipe, tant sur le terrain qu'en-dehors. Maintenant, on ne peut pas vivre avec cette réminiscence. Il faut regarder vers l'avant. Pour ce qui concerne le recrutement, je ne suis ni manager, ni entraîneur. Je sais que Tchoumak s'est parfaitement intégré. Quant à Gull, il lui faudra certainement un peu plus de temps. L'Europe est notre objectif. Mais il est trop tôt pour savoir si nous allons l'atteindre.

« Convaincre le sélectionneur »

- Vous êtes sélectionnés en France A' pour le tournoi du Soleil. Intégrer la grande sélection est-il une priorité ? - Cette sélection dans ce nouveau groupe est très importante. Tous ceux qui seront présents au tournoi du Soleil voudront prouver qu'ils ont leur place avec les A. Personnellement, j'y est goûté avant les championnats du monde et j'a envie d'y retourner. A moi de convaincre le sélectionneur. - L'EuroTournoi constitue-t-il un moment particulier dans la saison ? - C'est tout simplement le seul événement handballistique dans la région ! Les salles sont combles, l'ambiance est excellente. En raison de sélections espoirs, ça fait quatre ans que je n'y ai plus participé. Avec tous ces grands clubs, c'est le meilleur moyen de bien préparer sa saison. Ça me permettra aussi d'avoir quelques matches dans les jambes avant de partir en sélection.

Propos recueillis par Sébastien Keller

© Dernières Nouvelles d'Alsace, Lundi 20 Août 2001.