Magdebourg, l'exception

La première journée de l'EuroTournoi, à Strasbourg-Robertsau et Reichstett, s'annonce déjà palpitante. Le favori Magdebourg affronte le PSG alors que Sélestat défie Metkovic. Ça commence fort...

 A Magdebourg, le handball entre dans une autre dimension. Sur les bords de l'Elbe, les joueurs sont des superstars. Chaque phrase, chaque mot, le moindre geste est décortiqué et interprété par la presse teutonne. Les affiches à l'effigie des joueurs fleurissent sur les tramways, la ferveur populaire y est immense.

« Question de fierté »

 Alors, quand Kretschmar et sa bande réalisent un formidable doublé coupe d'Europe - championnat, c'est toute une région qui se mobilise. « La coupe d'Europe on l'avait gagnée voilà deux ans, note Guéric Kervadec, l'un des trois "Franzose" avec Abati et Gaudin de Magdebourg. Aux yeux des gens, il est dix fois plus important de gagner le championnat. C'est une question de fierté. »  La fierté de damer le pion aux voisins de l'Ouest. Le mur de Berlin a beau être tombé depuis plus de dix ans, la frontière artificielle n'est pas complètement effacée. Du côté de l'ex-RDA, on nourrit un complexe d'infériorité. La réussite sportive contribue à l'amenuiser.

« Un autre monde »

 « En moyenne nous jouons devant 5 000 spectateurs, explique Kervadec. Quand je me promène dans la rue, les gens me reconnaissent et ont toujours un mot gentil. C'est vraiment un autre monde. » Le grand pivot y a d'ailleurs pris goût, puisqu'il entame sa cinquième saison sous le maillot vert. Celle des grandes ambitions.  « Nos conditions de travail sont idéales, le club est très bien structuré. Alors on vise un nouveau titre en championnat et la victoire en Ligue des Champions », renchérit Kervadec. Visiblement, Magdebourg ne lésine pas sur les moyens. Agerschou et Perunicic, internationaux danois et yougoslave, renforcent un groupe déjà pléthorique.

« D'abord les féliciter »

 Les Allemands seront tout naturellement favoris du tournoi. Après un mois de préparation intensive et un paquet de matches amicaux dans les jambes, Magdebourg est déjà très affûté. Forcément, le PSG qui croisera la route de l'armada, ce soir à Reichstett (20h30), est dans ses petits souliers. L'entraîneur parisien, Boro Golic, ne s'y trompe pas. « C'est un honneur de rencontrer une telle équipe. Il faudra d'abord les féliciter. On tentera de jouer notre meilleur hand, même si nous manquons encore de repères. »  Cette affiche sera précédée d'un alléchant Montpellier - Altea (18h30). Le vice-champion de France, privé de Greg Anquetil et Junillon, comptera sur sa brochette d'internationaux et sa jeune garde - dont Nikola Karabatic, le fils de Branko - pour disposer d'une équipe ibérique sans grande référence.

A la Robertsau

 Au même moment à la Robertsau, les Sélestadiens seront mis à rude épreuve. Face aux Croates de Metkovic, finalistes de la Coupe EHF contre Magdebourg, Sayad et les siens chercheront avant tout à travailler la défense. La tâche s'annonce ardue. Enfin, le public robertsovien suivra les premiers pas du champion de France chambérien face à la jeunesse hongroise de Dunaferr (20h30).

Sébastien Keller


© Dernières Nouvelles d'Alsace, Mercredi 22 Août 2001.