Surprise et sensation

Sélestat a créé la sensation de la première journée de l'EuroTournoi. Hier à la Robertsau, les Alsaciens ont déroulé devant Metkovic. A Reichstett, Montpellier s'est fait surprendre par les Espagnols d'Altea. Suite des opérations cet après-midi.

 Sélestat, venu à l'EuroTournoi sans grande certitude, s'est rassuré d'emblée. Face à Metkovic, qualifié pour la Ligue des Champions, la troupe de Quintallet a livré une superbe prestation collective. Et pour ne rien gâter, Tchoumak et Gull, les deux recrues, ont sorti le grand jeu.  C'est d'ailleurs grâce aux arrêts à répétition du géant russe que les Violets se placent sur de bons rails. Les Croates sont dépassés (6-1 7e'). Si Tchoumak cadenasse son but à double tour, Gull s'évertue lui à percer la muraille adverse. Le bras gauche de l'Argentin fait des ravages. Avec 9 réalisations sur 13 tentatives, le nouvel arrière droit a impressionné la galerie.

Les jeunes dans le bain

 Sélestat regagne les vestiaires nanti d'une avance presque irréaliste (18-8). Mais le meilleur est encore à venir. Quintallet décide de lancer dans le grand bain les jeunes du sérail. Winterberg, Feliho, Freppel et consort se hissent au niveau de leurs aînés. Sayad prend ses responsabilités (7 buts) et Eiché flambe dans son but.  Metkovic revient tout juste à cinq longueurs (25-20 50e') pour s'incliner de huit (31-23). Le résultat est certes flatteur, mais les Alsaciens préfèrent retenir le bel effort collectif. D'excellent augure au moment d'affronter Chambéry, tout à l'heure aux Malteries (18h30).  Des Savoyards qui sont sortis grandis de leur sévère lutte livrée contre les rugueux Hongrois de Dunaferr. Indécise jusqu'au bout, cette rencontre a finalement basculé dans le camp du champion de France (26-24), grâce notamment à l'écot de ses internationaux, Narcisse et les frères Gille

Surprise à Reichstett

 A Reichstett, Montpellier a subi une surprenante défaite aux dépens d'Altea (20-21). Les Espagnols, sans grande inspiration mais accrocheurs à souhait, profitent des approximations héraultaises. A l'image d'un Burdet malheureux dans le geste décisif, le vice-champion de France peine à trouver des solutions. Seul Sioud et son bras gauche explosif ramènent les Ibères à la raison (6-7 21e').  La vivacité des ailiers espagnols, Marcos et Barbeito, mettent les Français au supplice. L'affaire semble même pliée lorsqu'Altea émarge avec six longueurs d'avance (12-18 48e'). Le moment choisi par Sioud, auteur de huit buts, et Fernandez de relancer la machine (20-21 57e'). Hélas, un coup de sang de Martini suivi d'un lob manqué de Puigségur condamne Montpellier à échouer sur ce score.

Solide Magdebourg

 Le match phare de cette journée, entre Magdebourg et le PSG, a offert une intéressante opposition de styles. D'un côté, les champions d'Allemagne impressionnent par leur physique de bûcherons et leur force de frappe. Seul Kretschmar apporte une touche de fantaisie à une rigueur toute germanique. De l'autre, les Parisiens pétillent grâce à un collectif bien léché et une vivacité déconcertante. On reconnaît la patte Boro Golic.  D'entrée, Perunicic et Stefansson ont la main lourde (15-12 26e'). Mais les Parisiens ont des ressources. Chailly puis Ignol permettent aux Français de prendre les devants (14-15 30e'). Girault et les siens ont du coeur, les Allemands des bras. Magdebourg prend finalement l'ascendant (28-25). La bande à Kervadec consolide son statut de favori.

Sébastien Keller

© Dernières Nouvelles d'Alsace, Jeudi 23 Août 2001.