Inspecteur Guéric

Rigueur, cohérence et sens du devoir. Voilà en trois mots comment Daniel Constantini qualifie Guéric Kervadec. Ce dernier est un habitué de l’Eurotournoi. Il a déjà écrit à deux reprise son nom au palmarès avec Créteil en 1995 et Magdebourg en 1998. Cette année, avec ses les deux " Franzose " du club Allemand (Joël Abati et Christian Gaudin) il pourrait bien réaliser la passe de trois. l’Eurotournoi constitue une belle mise en bouche avant de retrouver les accrocheuses joutes de la Bundesliga. Cette saison Magdebourg qui a raflé le titre national et la coupe EHF sera attendu au tournant. Une nouvelle saison excitante s’annonce pour Guéric.

Un championnat

excitant!

Depuis 5 ans, il s’est imposé en Bundesliga, un championnat taillé à la mesure de son impressionnant gabarit (1m98 pour 107 kilos). " C’est un handball plus physique, plus intense. Là-bas, il faut jouer à 150 % à domicile comme à l’extérieur, même face à des équipes dites plus faibles, sinon on n’est pas sûr de gagner. " Ce championnat, il le trouve passionnant et relevé. Il cite en exemple la fin de l’avant-dernière saison où à 6 journées de la fin l’Europe n’était pas jouée, entre une quinzaine de prétendants. En 2002, son contrat prendra fin à Magdebourg. Il pourrait alors revenir en France (retrouver ses premières amour à Créteil ?), ou pourquoi pas prolonger l’aventure allemande, d’autant plus qu’il se sent bien en Allemagne de l’est, à Magdebourg.

" Le mur est tombé "

En cinq ans, il a vu la ville se métamorphoser " A mon arrivée c’était encore une vraie ville d’Allemagne de l’Est. Mais le mur est tombé. Aujourd’hui le centre-ville est beaucoup plus, gai. Il y a plein de restaurants, de bars, dont celui de Stephan (Kretzschmar),mon coéquipier, c’est un ville qui bouge. " Une ville qui bouge et surtout une excellente équipe de hand. Le Breton va d’ailleurs s’y consacrer exclusivement, après avoir quitter l’équipe de France. Espérons que ce féru de pêche saura initier ses coéquipiers à la pêche... au titre national. Pour l’Europe, désolé Guéric, on préférerait voir Chambéry s’imposer, chauvinisme oblige.

Aurélien Gasser