RENCONTRE AVEC PETAR METLICIC

EuroMag : Depuis combien de temps joues-tu à Metkovic ?

Petar Metlicic : C’est ma quatrième saison. Avant je jouais à Split.

 

EuroMag : Pourquoi te plais-tu à Metkovic ?

P. M : En fait, moi je suis originaire de Split qui est une ville passionnée beaucoup plus par le foot que par le hand. Par contre, Metkovic est une des villes phares du hand en Croatie et comme les meilleurs joueurs partent souvent à l’étranger, le président du club a adopté une politique de recrutement très simple : des jeunes joueurs avec du potentiel pour former un groupe solidaire et ambitieux. Ce sont ces quelques éléments qui font que je me sente bien dans ce club.

 

EuroMag : Justement, existe t-il un lien de cause à effet avec vos brillants résultats ?

P. M : Il y a deux ans, nous avons remporté la coupe de l’EHF et cette fois nous avons été finaliste face à Magdeburg. En Croatie, les joueurs les plus talentueux se trouvent soit à Metkovic, soit à Zagreb. Donc, dans notre équipe nous possédons de très bons joueurs, dont deux ou trois étrangers. L’ambiance qui règne au sein du groupe a aussi son importance. Voilà pourquoi nous alignons les bonnes prestations et par conséquent, le lien de cause à effet existe bien.

 

Euromag : Alors comment expliquer les trois défaites à l’ET ?

P. M : Sans chercher d’excuse, nous avons seulement repris l’entraînement il y a quinze jours où le programme n'était que de la course et très peu de manipulation de la balle. Ce n’est pas notre bon visage que vous avez- vu. Le vrai, vous le découvrirez en Coupe d’Europe !

 

EuroMag : Que penses-tu de Strasbourg ?

P.M : C’est une jolie ville qui par sa structure me fait penser à Amsterdam. Elle semble agréable à vivre.

 

EuroMag : Pour finir, qu’est-ce qui t’as le plus étonné en venant ici ?

P. M : La nourriture ! On m’avait raconté énormément de bien de la cuisine française, mais pendant les quatre jours, je n’ai pas eu l’occasion de confirmer : on n’a mangé presque que du poisson et moi je suis plutôt viande ! Une chose qui m’a surprise, c’est la grande variété de salades que vous possédez.

Et tout comme en Croatie, les filles d’ici sont charmantes !

 

Géraldine RETE

 

Traduction : Mirko Perisic