Une finale inédite

Les Espagnols d'Altea et Chambéry se retrouveront cet après-midi en finale de l'EuroTournoi. Une affiche surprise, puisque le favori Magdebourg a subi la loi de Montpellier dans le match au sommet, disputé hier soir aux Malteries.

 Avant même l'épilogue de cet après-midi, l'EuroTournoi a connu sa finale. Hier dans la moiteur des Malteries, Montpellier et Magdebourg ont livré un match de titans. Pas de place pour les sentiments, l'engagement est maximum, la motivation poussée à l'extrême.  Les hommes forts sont de sortie. Le duel entre Stefansson et Fernandez, qui tourne largement à l'avantage du Français, vaut le détour. L'empoignade entre Dinart, le roc défensif, et son homologue Stiebler fait des étincelles.  Quant aux deux gardiens champions du monde, Martini et Gaudin, ils sortent le grand jeu. Bref, les stars s'en donnent à coeur joie. Le public savoure.

Martini chaud bouillant

 Les Allemands sont les plus rapides au démarrage (3-7, 18e'). Sous l'impulsion d'un Fernandez taille patron, Montpellier refait son handicap (7-7, 24e') et prend les rênes à la pause (9-8). Golic et les siens tombent le rideau en défense et cherchent l'inspiration à l'avant.  La magie opère (11-8, 32e'). Tour à tour, Kabengele, Puigségur, Martini - 3 arrêts sur penaltys ! - puis Burdet portent leur pierre à l'édifice (19-16, 43e').  Malgré les 15 arrêts de Gaudin, Magdebourg n'a plus voix au chapitre (21-19). Montpellier prive les Allemands de la finale. Golic et sa bande joueront donc la 3e place aujourd'hui contre Dunaferr, puisque les Hongrois ont battu Sélestat (24-22).

Altea maîtrise

 Du coup, c'est Altea qui profite de l'aubaine. Les Espagnols, que personne n'attendait à pareille fête, ont brodé un succès aisé face au PSG. Si les vingt premières minutes sont équilibrées, avec des égalités successives, Altea place une première accélération avant la pause (12-9).  Les deux Danois - Norklit au but et Jorgensen à la mène - soufflent le chaud. Golic et ses protégés restent au contact mais s'inclinent logiquement (20-24).  Dans l'autre poule, Chambéry est déjà assuré de disputer la finale. La rencontre contre Metkovic, surprenante lanterne rouge, ne compte que pour du beurre. Et ça se sent. Les deux équipes jouent sans la moindre pression, le spectacle est plaisant.  D'entrée, Gardent se livre à quelques essais. Une défense haute, avec Delric, Grossmann et Narcisse en position avancée, surprend les grands Croates. Derrière, Wiltberger et Munier bouchent les trous. De manière efficace, puisque Metkovic n'inscrit que 4 buts en dix minutes.  En attaque, Chambéry soigne ses combinaisons. Narcisse vole au-dessus du mur adverse, Bertrand Gille sort l'artillerie lourde et Grossmann joue l'esthète sur son aile droite.

Chambéry tranquille

 Les affaires savoyardes se présentent bien (9-7, 16e'). Puis peu à peu, Chambéry desserre l'étau. Metkovic s'engouffre naturellement dans la brèche et s'envole au score (17-12, 30e').  Gardent n'apprécie guère la plaisanterie. Il relance ses hommes de base, le tableau de marque s'affole. Guillaume Gille ouvre la voie, son frangin Bertrand fait la jonction (20-20, 45e').  La fin de match n'est que pur bonheur. Narcisse distille des caviars à tour de bras, les actions d'éclat se succèdent. Chambéry déroule et s'assure une victoire aisée (28-24).  Cet après-midi à 18h30, les Savoyards défendront leur titre acquis en 1999. Ça s'annonce torride.

Sébastien Keller

Il reste encore des places debout pour les matches d'aujourd'hui. Elles seront en vente sur place, aux Malteries.

 

© Dernières Nouvelles d'Alsace, Samedi 25 Août 2001.