Chambéry en champion

Le SO Chambéry a fait honneur à son titre de champion de France, hier soir à Schiltigheim, s'adjugeant le 8e EuroTournoi de Strasbourg aux dépens des Espagnols d'Altea. Les Savoyards, déjà vainqueurs en 1999, sont les premiers à doubler la mise.

Chaud... Chaud sur le terrain, chaud autour. Il a fait très chaud, limite canicule, hier aux Malteries à Schiltigheim pour la clôture du 8e EuroTournoi de Strasbourg. Une dernière journée réservée aux matches de classements qui a donné lieu à quelques explications de toute beauté.  Il en fut ainsi pour la grande finale, celle opposant, en début de soirée, les deux seules équipes encore invaincues. Les Savoyards de Chambéry, champions de France en titre, et les Espagnols d'Altea.

Altea, la bonne surprise

 On attendait, du moins on espérait, les premiers. Moins, beaucoup moins, les seconds dont on ne savait pas grand chose avant le début de semaine, sinon qu'ils entendaient, cette année, jouer les premiers rôles dans leur Liga.  Et les joueurs de Javier Cabanas, ancien grand du Teka Santander et recordman des sélections en équipe d'Espagne, ont montré, durant ces quatre jours, qu'ils pouvaient effectivement viser haut, qu'ils avaient les moyens de leurs ambitions  Ils avaient annoncé la couleur dès mercredi, surprenant une équipe de Montpellier peut-être trop confiante (21-20). Mais s'ils confirmèrent le lendemain face à Magdebourg (27-27), ils ne purent rien, hier, devant une excellente équipe Chambérienne.

La machine à broyer

 C'est que Bertrand Gille, élu meilleur joueur du tournoi, et ses camarades, définitivement décomplexés par leur titre de champion de France, ont impressionné durant leur semaine strasbourgeoise. S'appuyant sur une défense style paroi rocheuse au sein de laquelle Marc Wiltberger a fort bien trouvé sa place, les Chambériens ont pratiquement tout broyé sur leur passage. Dunaferr d'abord, Sélestat et Metkovic ensuite, Altea hier.  Les Espagnols ne firent, finalement, illusion que durant un petit quart d'heure (5-5). Le temps pour « Bobo » Gille de mettre les siens sur orbite (13-8 à la pause) et pour ces derniers de suivre l'exemple.  De match, il n'y en eut alors plus vraiment, tant Arriuberge (quelle deuxième mi-temps !) et ses camarades dominèrent les débats. Au point de faire perdre leur espagnol aux joueurs d'Altea qui se retrouvèrent, durant une bonne minute, à... deux joueurs de champ sur le terrain (55e). Mais tout était alors déjà dit (20-14), Chambéry en profitant cependant pour enfoncer le clou (24-15).

Fernandez assure

 Montpellier s'est, de son côté, octroyé la 3e place du tournoi en se défaisant de Dunaferr. Un succès arraché en deuxième période (les Hongrois menaient 11-12 à la mi-temps) grâce à un Fernandez extra-terreste (7 buts après la pause). Intéressant pour des Héraultais qui n'auront commis qu'un faux pas, face à Altea lors de la première journée.  Un peu plus tôt, Sélestat avait fait très bonne impression face à Magdebourg, les Alsaciens faisant jeu égal avec le champion d'Allemagne durant 50 minutes (ils menaient 21-18 à la 45e) avant de céder à la fatigue.  Le PSG, enfin, emmené par un très bon Girault, a remporté son premier match du tournoi face à Metkovic, laissant la dernière place à une bien décevante équipe croate, pourtant finaliste de la dernière coupe d'Europe EHF.  Le 8e EuroTournoi de Strasbourg a ainsi vécu. Et bien vécu. La faute au plateau proposé par Christian Cugney et son équipe. La faute, aussi, à tous ceux ayant oeuvré dans l'ombre durant ces quatre jours. Si succès il y a eu, c'est aussi et beaucoup grâce à eux.

A.V.

 © Dernières Nouvelles d'Alsace, Dimanche 26 Août 2001.