Suspense intact
 

 

 

Duel Greg Anquetil (au premier plan) - Bastien Lamon (France A') : Montpellier a souffert avant de s'imposer d'un souffle.(Photo DNA - Cédric Joubert)

 

 

Hier soir à Schiltigheim et à la Robertsau, les favoris de l'EuroTournoi ont répondu présent. Kiel et Montpellier sont en position idéale pour atteindre la finale. Mais Chambéry et Veszprem peuvent encore jouer les trouble-fête. Réponse ce soir.

 Hier soir aux Malteries de Schiltigheim, l'équipe de France A' a bien failli créer la sensation. Sous l'impulsion d'un Karabatic (six buts) taille patron, les «morts de faim», comme les surnomme Claude Onesta, ont mordu à pleines dents l'ogre montpelliérain.  Sans complexe ni respect pour leurs aînés, les Tricolores ont poussé les Héraultais dans leurs derniers retranchements. Il a fallu que le champion de France sorte le grand jeu, dans les ultimes minutes, pour inverser une situation largement compromise. Andrej Golic, sur un penalty que Puigségur est allé arracher juste avant le buzzer, offre la victoire et la première place aux siens (22-21).  Stefanovic et Bojinovic, les deux recrues yougoslaves montées sur coussin d'air, ont pourtant montré la voie à suivre (8-3 15e'). Mais les jeunes loups d'Onesta ont vite refait leur handicap, au bénéfice d'un 7-0 insufflé par Karabatic (de 12-8 28e' 12-15 36e'). Le réveil montpelliérain tarde à venir, longtemps contrarié par le talent du gardien cristolien Lemonne.

Montpellier en tête

 Cette petite victoire permet à Montpellier de garder la tête de sa poule. Un nul, demain contre Veszprem, lui suffit pour atteindre la finale. Car auparavant, les Hongrois ont fait honneur à leur rang. Ils ont passé à la moulinette une équipe de Conversano rapidement dépassée par les événements.  Une défense de fer a placé les artilleurs transalpins sous l'éteignoir. Lisicic et Bilic, les deux arrières, se sont cassés les dents sur le mur hongrois. Seuls les roucoulettes et chabalas du «vieux» Suédois Thorsson, de son aile droite, sont parvenus à surprendre la vigilance du jeune et talentueux Sterbik.  Jeunes et talentueux, Ivancsik et Dzomba le sont aussi. Les deux ailiers étant à la conclusion de presque tous les mouvements hongrois. Rapide, précis et déjà bien huilé, le jeu de Veszprem a donné le tournis à une défense aux abois. Six buts d'avance à la pause (14-8), voilà un pécule qui autorise à dérouler tranquillement.

Veszprem doit gagner

 Le public des Malteries a ainsi pu admirer la vertigineuse détente de Dzomba, parti en kung-fu sur la tête des Italiens, ou l'impressionnante vitesse dans la circulation de balle (27-19). Bref, les Italiens n'y ont vu que du feu. Veszprem doit battre Montpellier, ce soir à la Robertsau (20h30), pour atteindre la finale.  A la Robertsau, Sélestat a été victime du réveil savoyard. Après un gros débours d'énergie la veille devant Kiel, les Alsaciens ont été happés par Chambéry. Benjamin Gilles, Rouvier et les leurs n'ont pas fait dans le détail, et ce malgré la réussite de Gull et Feliho, auteur de huit buts (18-8 à la pause et 32-22).

Kiel a une marge

 Au rendez-vous des favoris, ne manquait donc plus que Kiel. Face aux surprenants Ukrainiens de Zaporodje, les Allemands ont soufflé le show (30-24). Les coéquipiers de Fritz (20 arrêts) sont désormais en position favorable. Même une défaite contre Chambéry - de moins de deux buts - ce soir aux Malteries leur ouvrirait les portes de la finale...

Sébastien Keller
 

 

© Dernières Nouvelles d'Alsace, Vendredi 30 Août 2002