ZUZO: LA FUREUR DE VIVRE

" T’es Yougo toi ? Non, t’es pas Yougo, les vrais Yougo jouent au handball ", cette phrase, Sémir Zuzo s’en souvient 10 après ses premiers pas dans le monde du handball. C’est de cette façon que Mohamed Agoun, alors entraîneur des cadets de Vaulx-en- Velin a accueilli celui qui est aujourd’hui l’indiscutable pivot du PSG. " Je n’étais pas un passionné de handball. A l’époque j’étais plus branché basket, karaté… ", raconte Semir. " Après un stage d’une semaine avec Mohamed, je n’étais toujours pas converti au hand ". Mais une semaine après ce fameux stage, Semir reçoit un courrier de la Ligue du Lyonnais e, fort intéressée par son gabarit, qui le sélectionne en équipe régionale. " A partir de ce moment là, je me suis pris au jeu, tout s’est enchaîné très vite " et 2 mois plus tard, le néophyte se retrouve parachuté en équipe de France Cadets.

UNE ASCENSSION FULGURANTE

Semir évolue deux saisons sous le maillot de VaulxenVelin, 2 nouvelles saisons à Villeurbanne, avant de tenter l’aventure Parisienne à Massy. Alors qu’il n’est encore qu’Espoir, il intègre à 19 ans l’équipe de France A (tout comme Guillaume Gille et Yannick Reverdy) avec qui il termine médaillé de bronze des championnats du monde de Kumamoto. Après ce podium avec les A, Semir doit à nouveau se contenter de la 3e place aux championnats Espoirs (Gille et Reverdy sont encore de la partie). Chez les Espoirs, Semir côtoie Jérôme Fernandez, Didier Dinart, et Thierry Omeyer. Tous deviennent des piliers chez les " Costauds ", champions du monde 2001, mais lui n’est pas sélectionné. " Son égocentrisme a pu déstabiliser certains entraîneurs, il ne s’est peut-être pas toujours mis au service de l’équipe, tente d’expliquer Daniel Costantini " Pourtant Il est assurément l’un des trois meilleurs pivots de France, c’est un garçon équilibré qui a beaucoup de talent. Maintenant que Guéric a pris sa retraite internationale, le temps presse pour lui, il doit mettre toutes les chances de son côté pour devenir titulaire en équipe de France au poste de pivot bis ". UN

VERITABLE EPICURIEN

Semir ne demande pas mieux, mais les choix lui appartiennent pas. Alors plutôt que de ressasser, il prouve sa valeur en alignant les performances de choix sur les terrains avec sa formation du PSG, et surtout, il profite à fond de tous les plaisirs de la vie. Le sport bien sûr : plongée, parapente, tennis, saut en parachute, golf, natation, etc, mais aussi la lecture, le cinéma, le shopping, la musique : en écouter ou en jouer (du piano). Des goûts variés qui lui viennent sans doute de ses jeunes années. " Mes parents sont Yougoslaves, j’ai grandi en banlieue au milieu de Portugais, Sénégalais, Vietnamiens, Tunisiens, etc. " Forcément on comprend mieux l’ouverture d’esprit de Semir, qui fait du pluricultarisme son credo : " Je ne pense pas qu’avoir ces divers centres d’intérêts déconcentre, au contraire ça apporte beaucoup. Le karaté m’a par exemple permis d’avoir un mental de guerrier ce qui peut bien servir au hand, surtout au poste de pivot ". Non content de se livrer à toutes ces activités, Semir est également un brillant étudiant, en passe de finaliser un DESS en management du sport. A cette occasion, il organise le 17 septembre un show à l’Américaine à Coubertin où basketteurs (Sciarra, Micoud, Montclar) et handballeurs (Girault, Vojinovic…) Parisiens vont s’affronter. Un événement à ne manquer sous aucun prétexte.

Aurélien GASSER