MONSIEUR PROPRE

C’est l’histoire d’un petit homme frêle qui a dû beaucoup bidouiller pour s’en sortir. Ca pourrait être une bonne introduction pour parler de Sim (le comique des grosses têtes…) ou de Stéphane Joulin (Handballeur au physique rachitique) mais pas pour faire le portrait de Didier Dinart, le monsieur propre du Handball mondial. 1970 millimètres pour 100400 grammes, ça donne une idée du gabarit de la bête. Car Didier Dinart est une bête : de muscles (force physique), d’intelligence (sens tactique) et de gentillesse (disponible et souriant). A seulement 25 ans, il est un joueur exceptionnel en passe de devenir parfait. Grégory Anquetil (son coéquipier à Montpellier) explique avec panache : " Il a enfin compris qu’il pouvait faire autre chose que défendre ! Depuis 6 mois, il attaque ! Et de mieux en mieux ! En défense, il n’a plus rien à apprendre. Lorsqu’il deviendra très bon en attaque, ce sera un joueur complet, parfait ! " Pour mieux comprendre cette évolution, un petit retour en arrière s’impose. Didier Dinart a démarré sa carrière en Guadeloupe, pays qui l’a vu naître, au GUC (Guadeloupe Université Club). Il a ensuite rejoint Dijon (pendant 2 ans), puis intégré le Bataillon de Joinville (1 an) pour finalement atterrir à Montpellier, club qu’il n’a plus quitté depuis. " Je me suis mis au Hand parce que mon frère en faisait, tout simplement. La passion pour ce sport est venue avec le temps. " Avant de trouver sa place sur le terrain, Didier Dinart a beaucoup tâtonné et pas mal vadrouillé de poste en poste. " J’ai joué plusieurs rôles sur le terrain jusqu’à ce que Patrice Canayer (l’entraîneur montpellierain) m’impose dans l’axe, en tant que pivot. Daniel Costantini (ancien entraîneur de l’équipe de France), à force d’engueulades et de vexations, m’a fait progresser et évoluer à ce poste. " Et maintenant, l’un des Guadeloupéens les plus célèbres du monde se met à attaquer. Avec son physique de déménageur et sa hargne, Didier Dinart bouscule les défenses et crée des brèches pour ses partenaires. Avec un Didier Dinart encore plus fort c’est Montpellier et l’équipe de France qui peuvent voir encore plus loin. " Avec Montpellier, il faut que l’on fasse encore plus peur à nos adversaires, prévient-il. On en a marre de toujours perdre en quart de finale des Coupes Européennes. " Cette année, ils joueront la Ligue des Champions avec la ferme intention de réussir un truc. " En équipe de France, la prochaine échéance (le Mondial au Portugal) sera très importante. Je préfère toujours être modeste, ça protège du ridicule, mais on se doit de décrocher une médaille. " La France y défendra effectivement son titre de Champions de Monde (yahla ! !) acquis au prix d’un suspense historique en 2001. C’est la plus belle ligne du palmarès de Didier Dinart qui a également remporté : 4 championnats de France (98, 99, 2000, 2002), 4 coupes de France (de 1999 à 2002) une médaille de Bronze aux Championnats du Monde Espoirs (1997) et un championnat de Guadeloupe. Pas mal, non ? Laissons le dernier mot à Greg Anquetil qui en a trois pour définir Monsieur Didier Dinart : " Fainéant, tricheur… et ce ne sont pas défauts ! ! Et enfin costaud. "

DIDIER DINART EN QUELQUES MOTS

Définition du Handball : un sport de combat où il faut châtier l’autre sinon c’est lui qui te châtie. Meilleur souvenir : le titre de Champions du Monde en 2001 Pire souvenir : Il y en a plusieurs. Disons les Jeux Olympiques de l’an 2000. Passions : le golf, la pêche…mais en haute mer, pas sur une barque à attraper des poissons à la con. Le Pen : je ne lui porte aucun intérêt, ça lui donnerait de la valeur. Patrice Canayer : rigueur… Michael Jordan : Monsieur. Objectif pour l’EuroTournoi : que personne ne se blesse ! Que l’on prépare au mieux les échéances européennes à venir et pourquoi pas, que l’on gagne l’ET.

Romain SUBLON