Ils reconstruisent Chambéry



Les ex-Sélestadiens Marc Wiltberger et Seufyann Sayad participent de concert à la reconstruction d'une nouvelle équipe de Chambéry après les départs des frères Gille.

Les ex-Sélestadiens Marc Wiltberger et Seufyann Sayad : à nouveau réunis, cette fois-ci sous le maillot de Chambéry.Photo: Jean-Marc Loos

ILS avaient déjà partagé des bons moments durant deux saisons à Sélestat entre septembre 99 et juin 2001 avant que le plus capé des deux ne prenne la direction de Chambéry pour venir apporter son expérience au groupe champion de France. Un an plus tard, le duo vient de se reformer pour une troisième saison sous le même maillot puisque Seufyann Sayad porte à son tour les couleurs du club savoyard qui avait déjà engagé Marc Wiltberger au cours de l'intersaison précédente. Mais puisqu'ils affichent dix ans d'écart, leurs plans de carrière ne sont pas les mêmes comme le fait remarquer avec sa dose d'humour habituel, un Wiltberger davantage grand frère que grand père au sein de cette formation où l'effectif a été chamboulé à presque 50 %. « Seufyann représente l'avenir alors que, moi, je sens le poids de l'âge. Je ne cours plus comme un lapin d'un bout à l'autre du terrain. J'ai de plus en plus de pépins physiques et j'essaie de les gérer du mieux possible. Tout en rendant service à l'équipe, je dois songer à me préserver. » En l'absence de Munier, convalescent sur le banc, Wiltberger est la référence des nouveaux venus tels l'Espagnol Fernandez Roura, l'Allemand Volker Michel ou le Croate Vlado Sola qu'on voit beaucoup discuter sur le parquet avec l'ancien de la Bundesliga. En revanche, les deux feux follets de l'attaque chambérienne, Seufyann Sayad et Daniel Narcisse (un duo qui pourrait faire les beaux jours de l'équipe de France) n'ont pas besoin de donner de la voie pour se comprendre. Alors qu'ils n'ont que quelques sélections nationales et un mois de préparation en commun, ces deux-là donnent l'impression d'avoir toujours joué ensemble.

Mais le travail à effectuer pour intégrer les quatre autres nouveaux, de trouver les bonnes associations, de faire oublier (mais est-ce vraiment possible ?) les frères Gille, bref de forger un collectif digne de ce nom prendra un bon bout de temps. Conclusion : le SOC est en pleine reconstruction et parmi les maçons les plus actifs se trouvent les deux anciens Sélestadiens. « Après un mois de travail intense, on vient d'enchaîner deux tournois de suite : la Schlecker Cup et l'EuroTournoi. En Allemagne, nous avons perdu en finale contre Celje, alors qu'à Strasbourg nous avons commis un faux pas d'entrée face à Zaporodje, constate Sayad. Nos prestations sont encourageantes car ces matches à répétition nous ont permis de trouver des relations entre les joueurs et aussi de mettre le doigt sur certains défauts. Nous pourrons ainsi orienter le travail des prochains jours pour tenter de les gommer. Enfin, sur un plan plus personnel, je n'ai pas eu de problèmes d'intégration d'autant plus que le groupe est très sympa. L'entraîneur n'a pas encore défini les objectifs de la saison, mais nous visons a priori une place européenne et des bons parcours dans toutes les Coupes. L'essentiel pour moi consiste à travailler, travailler dur, pour tenter d'intégrer l'équipe de France. » Au jeu des pronostics, Marc Wiltberger est un peu plus disert que son nouveau coéquipier. « Même si en sport tout est possible, je ne nous vois pas gagner le championnat car la première place semble réservée à Montpellier. Nous visons une place dans les trois premiers et le gain d'une des trois Coupes (Europe, France et Ligue) que nous allons disputer. Cette année, Chambéry va surtout s'efforcer à bâtir l'équipe des années futures et trouver un nouveau style de jeu. » Au terme de sa vraisemblable dernière saison, « Marco » devrait raccrocher son maillot pour enfiler le costume d'entraîneur. C'est avec les yeux du connaisseur qu'il porte un oeil attentif aux prestations du SCS qu'il devrait normalement retrouver le 21 mai prochain à l'occasion de la dernière journée de championnat au Cosec. « Selon le principe de l'alternance, Sélestat devrait perdre cette saison contre Chambéry, taquine le larron. Sinon je leur prédis une bonne saison. Sincèrement je les vois bien. Ils forment un bon groupe et il y règne un nouveau souffle. Cela ne m'étonne pas vraiment, puisque j'avais préconisé la solution Berthier à la direction de l'équipe. Il est simplement dommage que le club ait perdu deux ans dans l'histoire… »

Christian Weibel