Encore plus fort


 


 


Lovgren-Olsson, ticket chic de l'équipe de Suède, ticket choc du THW Kiel.(Photo AFP)

 


 

Mercredi, le rideau va se lever sur la neuvième édition de l'EuroTournoi. Le public alsacien découvrira un plateau de rêve qui augure des empoignades épiques. A ne manquer sous aucun prétexte !

 L'EuroTournoi est une manifestation qui bouge. Au fil des éditions, les organisateurs ont toujours su faire évoluer leur plateau, en refusant de se figer dans les habitudes. « Avec notre notoriété grandissante, on n'aurait pas eu trop de mal à faire revenir les grosses équipes des éditions passées, explique Christophe Celeny, promu directeur sportif de l'ET. Mais on a toujours le souci de présenter autre chose au public alsacien. Magdebourg, vainqueur cette saison de la Ligue des champions, est déjà venu à Strasbourg. Il fallait innover. Alors on a essayé d'attirer un autre gros poisson, en l'occurrence Kiel. »  Avec l'expérience des grands événements et les liens tissés dans la grande famille du handball au fil des années, Christian Carl et son équipe ont fait mouche. Lors d'un congrès de l'IHF en Autriche, Uwe Schwenker - le manager du club allemand plus connu pour être l'inventeur de la feinte qui porte désormais son nom - a été séduit par le discours des Alsaciens.

Convivialité

 A défaut d'argent, l'ET propose aux équipes une répétition générale grandeur nature, à une quinzaine de jours de la reprise des championnats. Le tout dans la convivialité et l'esprit bon enfant. « Il faut que les équipes se sentent comme chez elles », insiste Celeny.  Et visiblement, la recette fait florès. Quelques jours après avoir bouclé le plateau, le téléphone des organisateurs a sonné. « C'était Maksimov, le coach de la sélection russe, sourit le directeur du tournoi. Il voulait à tout prix venir à Strasbourg, en prévision des prochains championnats du monde. Nous ne pouvions plus faire marche arrière. Il n'empêche, en tant qu'organisateur, c'est une sacrée reconnaissance ! »

Kiel, une institution

 Question qualité de jeu, le public ne devrait pas être déçu. Bien sûr, Kiel campe dans le rôle de favori. Champion d'Allemagne en titre et vainqueur de la coupe EHF aux dépens du... Barça, le club situé sur la mer Baltique est une vénérable institution.  On y trouve un mélange cosmopolite de stars allemandes, comme le gardien international Fritz, et d'une horde de scandinaves attirés par la proximité de leurs terres natales. Les Suédois Lövgren et Olsson - 523 sélections en équipe nationale à eux deux ! - ne sont plus à présenter, tant ils font la pluie et le beau temps sur la scène internationale depuis des années.  Ne manque qu'à l'appel des légendes vivantes l'inusable pivot Wislander, parti cet été regagner ses pénates. A Kiel, une statue pourrait presque lui être érigé pour services rendus !  Derrière cette terrifiante machine à gagner se dressent quelques gros calibres aux dents longues. Veszprem, finaliste malheureux de la Ligue des champions aux dépens de Magdebourg, affiche de sérieuses garanties. Les Hongrois, emmenés par la star nationale Eles et le solide Cubain Reinaldo Perez, ne croiseront pas la route des Allemands avant la journée de samedi. La finale de rêve est toute trouvée...

Avec les Alsaciens

 A moins que les p'tits Français ne viennent jouer les trouble-fête. Chambéry, tenant du titre, devra gérer l'après-Gille - Bertrand et Guillaume sont partis à Hambourg - et sera peut-être encore un peu court au vu des chamboulements estivaux. Le public alsacien suivra avec attention les premiers pas de l'enfant prodige Seufyann Sayad sous ses nouvelles couleurs, épaulé par l'expérimenté Marc Wiltberger.  Montpellier, qui a récupéré le demi-centre de Celje, Stefanovic, devrait aussi avoir son mot à dire. Quant aux Sélestadiens, auteurs d'une belle perf l'an dernier devant Metkovic, ils chercheront à bisser dans un contexte encore plus relevé.

Combat de gardiens

 Les Italiens de Conversano et les Ukrainiens de Zaporodje apporteront leur touche de fraîcheur. Ces équipes qui font de la formation leur credo bénéficieront en tout cas de l'effet de surprise. Enfin, l'équipe de France A' fraîchement reconstituée par Claude Onesta réunira la force montante du hand français.  Sorte de tournoi dans le tournoi, le combat des gardiens s'annonce aussi du toute beauté. Fritz, Titi Omeyer, l'Islandais Hrafnkelsson ou encore Tchoumak sont appelés à briller. Voilà encore une raison supplémentaire pour ne manquer sous aucun prétexte la grand-messe du hand alsacien. Attention, ça va chauffer !

Sébastien Keller
 

 

© Dernières Nouvelles d'Alsace, Lundi 26 Août 2002