dernière ligne droite

La compétition alsacienne, qui démarre mercredi, propose un plateau de qualité. En coulisses, les organisateurs ne ménagent pas leur peine pour faire aussi bien que les années précédentes.


 

 

Daniel Narcisse et les Chambériens, victorieux de l'EuroTournoi 2001, seront une nouvelle fois fidèles à la manifestation alsacienne.
Photo Jean-Marc Loos

LES ORGANISATEURS de l'EuroTournoi mettent les bouchées doubles afin d'être prêts mercredi, au moment du coup d'envoi de la neuvième édition d'une manifestation qui ne cesse de prendre de l'ampleur. Le président Christian Cugney, le vice-président Christian Carl et le directeur Christophe Celeny, sur la brèche depuis plusieurs mois, continuent à s'activer en coulisses en compagnie des nombreux bénévoles indispensables à la bonne marche de la compétition. « Nous n'avons pas de souci majeur et les derniers préparatifs avancent bien grâce à un travail d'équipe qui porte ses fruits une nouvelle fois », confie Christian Carl. « Au total, nous serons un peu plus d'une centaine, répartis entre Strasbourg, Reichstett et Schiltigheim, à contribuer à la réussite de l'EuroTournoi. »

Avec Omeyer, Sayad et Wiltberger

Cette réussite est telle qu'elle suscite de nombreuses demandes, comme celle de l'entraîneur de l'équipe nationale russe, Vladimir Maximov, qui avait fait savoir qu'il souhaitait revenir en Alsace cette année avec ses joueurs afin de préparer les prochains championnats du monde, du 20 janvier au 2 février 2003 au Portugal. « Mais nous nous étions déjà engagés par rapport aux autres participants et nous n'avons pas pu donner suite. En revanche, nous l'aurions volontiers accueilli s'il y avait eu un désistement quelconque. Du coup, nous l'avons mis sur liste d'attente et nous lui ferons signe dès que possible, à condition, évidemment, qu'il soit toujours intéressé », remarque le dirigeant qui fait partie, avec quelques autres, des créateurs de l'EuroTournoi toujours fidèle au poste. Huit équipes seront en lice et tenteront d'inscrire leur nom au palmarès d'un EuroTournoi qui a déjà couronné Montpellier (1994), Créteil (1995), Celje (1996), Grosswallstadt (1997), Magdebourg (1998), Chambéry (1999 et 2001) ainsi que la Russie (2000). Montpellier, toujours aussi impressionnant, et Chambéry, en train de tourner une page avec le départ des frères Gille pour l'Allemagne, qui monopolisent les deux premières places du championnat de France de D1 depuis quelques saisons, seront une nouvelle fois au rendez-vous, avec respectivement Thierry Omeyer ainsi que Seufyann Sayad et Marc Wiltberger dans leurs rangs. Les trois Alsaciens retrouveront ainsi leurs anciens coéquipiers puisque les hommes de l'entraîneur François Berthier seront eux aussi de la partie et en profiteront, une fois de plus, pour peaufiner leur préparation, sans se soucier de leur résultat final, qui dans ces conditions n'a plus vraiment d'importance. Les jeunes de l'équipe de France A', coachés pour l'occasion par Claude Onesta et Sylvain Nouet, qui se livreront à une vaste revue d'effectif, effectueront pour leur part leur première apparition au sein de la manifestation alsacienne. « Ils seront intéressants à suivre parce que plusieurs des futurs Tricolores se trouvent parmi eux », commente Christian Carl, qui se réjouit par ailleurs de la présence de Nikola Karabatic, le fils de Branco, ancien joueur et entraîneur — au milieu des années 80 - de l'ASL Robertsau puis du Colmar HC. « Nikola joue habituellement en équipe de France jeunes et s'il a été retenu pour évoluer à l'échelon supérieur, c'est qu'il possède vraiment un potentiel intéressant et qu'il est promis à un bel avenir. »

Kiel en favori ?

Les formations étrangères auront elles aussi fière allure. A commencer par le THW Kiel, qui aligne notamment les stars suédoises Staffan Olsson et Stefan Lövgren, et qui a priori fait figure de favori. Avec un palmarès impressionnant — septuple champion d'Allemagne, triple vainqueur de la Coupe d'Allemagne, double vainqueur de la Coupe de l'EHF et de la Super Coupe — l'équipe entraînée par Zvonimir Serdarusic semble posséder de solides atouts dans son jeu pour espérer avoir le dernier mot. « Le THW Kiel est un grand club mais tout dépendra de son stade de préparation », souligne Christian Carl, qui se souvient que Magdebourg, qui sur le papier semblait invincible, avait finalement dû se contenter de la cinquième place de l'EuroTournoi 2001 avant de remporter un peu plus tard la Coupe d'Europe des clubs champions. Les Hongrois de Fotex Veszprem et les Ukrainiens du ZTR Zaporozhye découvriront eux aussi l'épreuve alsacienne, tout comme les Italiens de Papillon Conversano : « Les Italiens créeront peut-être la surprise, comme les Espagnols d'Altea en 2001 ou les Japonais de Suzuka en 1999. En fait, nous ne savons pas grand-chose sur eux et nous allons donc en profiter pour voir ce qu'ils valent réellement. » Il ne reste plus longtemps à attendre pour faire plus ample connaissance avec quelques-unes des meilleures équipes actuelles puisque le coup d'envoi de l'EuroTournoi sera donné mercredi sur les coups de 18h30 à Reichstett et à Strasbourg, au centre sportif de La Robertsau, avec au programme quatre jours de festivités qui devraient réjouir les amateurs de handball.

Sandrine Pays