« C'est bien d'en être... »

 


 

 

François Berthier : « L'occasion de se faire plaisir... »(Photo DNA)

 

 

Depuis 94 et la première édition de l'EuroTournoi, le SC Sélestat a toujours été de la partie, apportant une touche régionale à cette manifestation d'envergure. Petits parmi les grands, les Alsaciens ont, pour objectif premier, de se faire plaisir.

Depuis un mois qu'ils ont repris l'entraînement, les Sélestadiens n'ont pas chômé. Alternant travail foncier, stages et matches amicaux, accumulant kilomètres parcourus et kilos soulevés. Après une saison 2001/2002 catastrophique s'étant finalement plutôt bien terminé, François Berthier et ses joueurs font en sorte de ne « plus jamais vivre ça ! » D'aborder un championnat débutant le 14 septembre avec la venue de Créteil dans les meilleures dispositions possibles.  Et force est de constater que, pour l'instant, ça se passe plutôt bien, les Sélestadiens n'ayant perdu aucun de leurs matches amicaux et, aussi et surtout, faisant preuve d'un état d'esprit autrement meilleur que dans un proche passé.

M'Gannem, le symbole

 « Ne nous leurrons pas, prévient cependant l'entraîneur bas-rhinois. Nous n'avons pas pris les matches les plus difficiles depuis la reprise. Mais l'important était de reconstruire un groupe, de se reforger un moral. Et, à ce niveau, il est intéressant de gagner. C'est dans la victoire qu'on gagne en confiance. »  Outre un comportement jugé plutôt positif sur le terrain, « Maya » Berthier se réjouit surtout de l'excellente ambiance régnant au sein de son groupe. « J'avoue, je suis pour l'heure satisfait. Les garçons font preuve d'enthousiasme et d'envie. L'émulation joue à fond et chacun fait ce qu'il doit pour prendre les places qu'il y a à prendre. »  Symbole de cet état d'esprit, le petit dernier, le Marocain Heykal M'Gannem. « Un garçon bien qui n'a eu aucun mal à s'intégrer. Et un joueur qui apporte sa sérénité et sa vison de jeu au groupe. Il joue juste et pour les autres. Il ne fera pas forcément se lever le gymnase de l'Ill en marquant des buts à la Sayad, mais c'est un tout bon... »

« Ne pas se tromper »

 Les spectateurs de l'EuroTournoi auront l'occasion, dès demain, de s'en rendre compte. Tout comme ils pourront apprécier les progrès réalisés par ces jeunes (Boultif, Jovicic, Winterberg par exemple) sur lesquels le SCS compte énormément cette saison.  « Bon, Kiel - que les Sélestadiens affrontent à Reichstett - me paraît être un morceau un peu trop gros pour nous, lâche François Berthier avec malice. Tout comme cet EuroTournoi me semble difficile à remporter. On a, pour l'instant, un pied en finale, pas encore les deux... »  Plus sérieusement, le coach sélestadien se réjouit de participer à cette manifestation. « C'est bien d'en être. Ce n'est pas tous les jours qu'on a la chance d'en découdre avec des garçons comme Lovgren ou Olsson. J'espère que tous en profiteront pour se faire plaisir, pour donner le maximum, pour montrer de l'envie et de la volonté. »  Bref, que le SCS dans son ensemble (seul Mathis, touché au pouce, est incertain) saura profiter de l'occasion pour préparer au mieux son match face à Créteil. « Car il ne nous faut pas nous tromper d'objectif. Réussir un bon EuroTournoi, ce serait bien. Mais c'est notre début de championnat qui m'importe en premier lieu... »

A.V.
 

 

© Dernières Nouvelles d'Alsace, Mardi 27 Août 2002.