28 08 00 - Stéphane Brulé - Sport24.com

Guillaume Gille : «Le groupe a faim»


Laissé au repos lors du dernier match contre la Slovaquie, le Chambérien Guillaume Gille a désormais les yeux tournés vers Sydney. L’arrière de l’équipe de France livre, pour Sport24.com, ses impressions à quelques jours de l’Eurotournoi.


Guillaume Gille, tout d’abord, quelles sont les nouvelles concernant votre santé ?
J’ai ressenti une douleur dans l’épaule droite lors du dernier stage avec l’équipe de France. Cela ne m’occasionnait pas trop de gêne sur le terrain, mais c’était plus difficile dans les exercices de musculation. Le staff médical a décidé de me laisser rentrer pour faire le point. En fait, ce sont les séquelles d’une entorse aux cervicales. J’ai donc passé une radio de contrôle, et cela se présente favorablement.

Quel bilan pourriez-vous donner des matches contre la Slovaquie ?
Je dirais un bilan mitigé. Les Slovaques sont des adversaires courageux, mais il est clair que ce n’est pas le haut du pavé. De notre côté, on aurait pu mieux utiliser ces rencontres pour expérimenter ce que l’on souhaitait au départ, en terme de jeu et d’intensité. Ce qui est positif, c’est que ce sont quatre victoires, et même face à un adversaire comme la Slovaquie, c’est toujours une bonne chose. Mais Strasbourg sera un test d’une toute autre valeur.

Jackson Richardson a déclaré être très satisfait de l’état d’esprit du groupe…
Il est en effet évident que nous prenons beaucoup de plaisir à l’entraînement et dans la vie du groupe. Je constate que durant toute cette préparation, tout le monde a fait preuve d’un excellent état d’esprit. Ce qui n’était pas forcément évident au départ puisque l’on savait tous que tout le monde ne pourrait pas partir à Sydney.

Cela s’est traduit comment, cette ambiance générale ?
Tous les joueurs ont été très fair-play dans le jeu, sur le terrain comme en dehors. Une ambiance vraiment « clean » afin que chacun ait sa chance, sans aucune arrière-pensée.

Quel est la force de ce groupe ?
Il y a une émulation qui est très sympa à vivre. C’est un groupe panaché d’anciens et de joueurs plus jeunes, mais on ressent chez tous l’envie de bien faire et de progresser. On sent bien que ce groupe a faim. En plus, on n’a pas encore gagné grand-chose ensemble… Mais on est sur de bonnes bases et c’est le plus important. Maintenant, on connaît les quinze qui vont partir, on va pouvoir aller à Strasbourg pour affiner les réglages.

L’Eurotournoi sera donc le premier vrai test grandeur nature de cette préparation…
En effet, face à de gros morceaux comme l’Allemagne et la Russie, des morceaux de choix, on aura matière à augmenter encore l’intensité dans le jeu contre des adversaires de tout premier plan, eux aussi qualifiés pour les JO.