Lundi 28 Août 2000 - A.V. © Dernières Nouvelles D'Alsace,

Marc Wiltberger « Devenir une tribu »

Marc Wiltberger participera, à Sydney, à ses premiers Jeux olympiques. Le Sélestadien entend bien ne pas y faire que de la figuration.

« Être dans les 15, c'est bien, mais ce n'est pas ce qui m'importe le plus. Moi, je veux faire partie des 12 inscrits sur la feuille de match puis des sept qui entreront sur le terrain. » Marc Wiltberger plante, d'entrée de discours, le décor. Écarté des Jeux de Barcelone puis de ceux d'Atlanta, l'Alsacien sait mieux que quiconque le prix d'une sélection. Mais, avec la hargne et la volonté qu'on lui sait, il veut mieux qu'un simple billet pour l'Australie : être partie prenante dans l'aventure tricolore.

« Nous retrouver »

 « Les derniers championnats d'Europe de Croatie ont été la meilleure compétition de l'équipe de France depuis longtemps, poursuit le Sélestadien. Même si nous ne sommes pas allé au bout, nous pouvons être heureux et fiers de ce que nous avons fait. Il ne nous aura pas manqué grand chose : un ou deux joueurs de mieux... »  A Sydney, l'équipe de France récupérera les trois grands absents de l'Euro 2000, Kervadec, Guillaume Gille et Fernandez. De quoi inciter à l'optimisme. « Nous avons les moyens de réussir quelque chose de beau, à condition de faire preuve des même qualités mentales qu'en Croatie. Cette semaine, à Strasbourg, il va nous falloir reconstituer le groupe. Nous devons devenir une tribu et le rester jusqu'au soir de notre dernier match à Sydney. L'EuroTournoi doit nous permettre de nous retrouver, sur et en dehors du terrain. »

Gonflé à bloc

 Emmagasiner de la confiance, c'est ce que chercheront Marc Wiltberger et les siens cette semaine. « L'idéal serait que nous remportions l'EuroTournoi. Cela nous mettrait dans la peau de futurs possibles vainqueurs à Sydney. Quant à moi, je suis bien décidé à saisir toutes les opportunités qui se présenteront. »  Bref, c'est un Wiltberger gonflé à bloc qui abordera, mercredi, l'EuroTournoi. Un Marco qui entend tenir la promesse faite à ces petits M&M† (lire Marie et Marius, ses enfants) de revenir de Sydney avec autre chose autour du cou que son accréditation. Un Marc Wiltberger qui, dans un grand éclat de rire, remercie, pour finir « tous ceux qui ont fait pression sur Daniel Costantini (lettres de menaces, coups de téléphone au propre comme au figuré) pour qu'il me sélectionne ! »  Humour, volonté et hargne : la bonne formule ?