Sydney au bout du bras

Ll'occasion de l'EuroTournoi de Strasbourg qui débute demain face au Portugal. 'équipe de France entame sa dernière ligne droite avant les JO à


Jackson Richardson, dont la popularité est toujours aussi grande auprès des jeunes admirateurs, et ses partenaires de l'équipe de France vont répéter leurs gammes durant toute la semaine à Strasbourg. Photo Jean-Marc Loos


A
PRÈS une phase de préparation foncière entamée il y a près d'un mois, l'équipe de France de handball passe désormais au stade terminal. Pour cela, rien ne vaut la compétition et la confrontation directe avec des formations d'envergure. L'EuroTournoi de Strasbourg lui en fournira justement l'occasion, à partir de ce mercredi et jusqu'à samedi face, respectivement, au Portugal demain 18 h 30, l'Allemagne jeudi à 20 h 30 et la Russie, le dernier soir à 17 h.

Du coup le prestigieux tournoi strasbourgeois prend une tout autre dimension en passant d'une compétition de clubs à un plateau d'équipes nationales à l'occasion de sa septième édition. Ce tournoi pré-olympique constitue en même temps une occasion unique pour l'entraîneur national Daniel Costantini de voir à l'oeuvre ses quinze sélectionnés pour l'Australie parmi lesquels l'Alsacien Marc Wiltberger qui jouera le rôle de régional de l'étape. En effet, la France n'a pas pu évoluer dans sa configuration olympique lors de ses quatre premières sorties face à la Slovaquie puisque les trois internationaux évoluant en Bundesliga (Christian Gaudin, Guéric Kervadec et Stéphane Joulin) avaient été réquisitionnés pour disputer les cinq premières journées du championnat allemand du 11 août à samedi dernier ! Ce n'est donc qu'au magnifique gymnase des Malteries de Schiltigheim que le sept tricolore présentera son visage définitif.

L'arrière gauche en suspens

La France entrera à ce moment de plain-pied dans le vif du sujet. Le Portugal, 7e du dernier championnat d'Europe, lui permettra de monter en régime avant les deux gros tests que constituent l'Allemagne, 5e au mondial 99 et la Russie, vice-championne d'Europe et du monde. Daniel Costantini y voit aussi l'opportunité d'être confronté à trois styles de jeu différents et de lancer son attaque à l'assaut de trois lignes arrières bien distinctes. « Les Portugais pratiquent un jeu très agressif proche de la press maghrébine, l'Allemagne c'est le mur de Berlin de la Mannschafft et la Russie propose une défense mixte. Ça va être très sympa,» se réjouit le fin tacticien tricolore qui exprime également le souhait de voir éclore durant ces trois confrontations un titulaire à l'arrière gauche. « Jérôme Fernandez, Guillaume Gille et Marc Wiltberger sont, dans le désordre (sic) alphabétique, les prétendants à ce poste. A Strasbourg je vais tous les faire tourner avec l'espoir qu'un des trois se montrera beaucoup plus fort que les autres. Car pour l'instant ils ont pris un malin plaisir à ne pas se départager. Mais si l'un d'eux prenait son destin entre ses mains il y gagnerait ses galons de titulaire.» Jackson Richardson, capitaine et véritable star de l'équipe comme on a encore pu le constater hier matin au centre sportif de la Robertsau où il a été assailli par les chasseurs d'autographes, sera à la baguette d'une formation où son rôle sera surtout axé sur l'offensive depuis la récente campagne européenne en Croatie (4e). « Du coup, notre défense sera un peu moins romantique qu'à une époque. Mais elle a fait ses preuves à l'Euro malgré l'absence de Kervadec que nous récupérons pour Sydney.» Reste à mettre tous ces éléments en place. C'est justement le but de l'équipe de France à l'EuroTournoi avant une deuxième confrontation avec l'Allemagne le dimanche 3 à Hombourg-Erbach et le décollage pour les antipodes le 7.


Christian Weibel